Rachat des actifs d’Anadarko en Algérie par Total : « La Sonatrach cherchera un bon compromis », annonce  Mohamed Arkab

0
321

 

 

Le ministre de l’Énergie Mohamed Arkab a affirmé hier  que l’Algérie « cherchera un bon compromis » concernant l’acquisition des actifs dans le pays de la compagnie pétrolière américaine Anadarko par la compagnie pétrolière française Total, rapporte l’agence Reuters ce lundi.

« La Sonatrach cherchera un bon compromis », a déclaré le ministre de l’Énergie à propos de ce dossier, en marge de sa visite au gisement de gaz de Tindouf. « La Sonatrach doit entretenir de bonnes relations avec des partenaires étrangers pour développer ses programmes », a précisé Arkab, ajoutant que la compagnie pétrolière nationale « préserverait ses intérêts ». Total avait annoncé dimanche 5 mai avoir signé un accord pour 8,8 milliards de dinars avec l’américain Occidental Petroleum en vue d’acquérir les actifs en Afrique de la compagnie américaine Anadarko dans le cas où cette dernière serait rachetée par Occidental Petroleum. Occidental est finalement sorti vainqueur le 10 mai d’une guerre d’enchères avec le géant américain Chevron qui lui a permis d’acquérir Anadarko pour 57 milliards de dollars, ouvrant la voie à Total pour l’acquisition des actifs d’Anadarko en Afrique, dont l’Algérie. Les récents propos de Mohamed Arkab contrastent avec ceux prononcés la veille, dans lesquels il laissait entendre que l’Algérie s’opposerait au rachat des actifs d’Anadarko en Algérie. « Jusqu’à présent, nous sommes d’accord avec notre partenaire [Anadarko], avec lequel nous avons réalisé de grands projets qui ont été éminemment profitables pour Sonatrach », avait déclaré ce dimanche le ministre de l’Énergie, cité par l’agence APS. « Nous avons de très bonnes relations avec Anadarko et nous continuerons à traiter avec lui par l’intermédiaire de Sonatrach », avait indiqué le ministre, laissant ainsi entendre que le gouvernement s’opposerait à l’accord. Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a affirmé que la compagnie nationale pétrolière n’a pas encore fait valoir son droit de préemption s’agissant de l’affaire de l’acquisition des actifs de la compagnie pétrolière américaine Anadarko en Algérie par la française Total. « Sonatrach mettra tous les moyens juridiques au moment opportun en fonction des études et analyses», a-t-il précisé en marge de sa visite dans la wilaya de Tindouf en compagnie du PDG de la Sonatrach. Tout en soulignant que cette opération d’achat des actifs n’a pas été confirmée, le ministre a indiqué que «Sonatrach cherchera le bon compromis, l’intérêt du pays et davantage de développement». Toutefois, Arkab n’a pas caché son inquiétude : «Nous avons lu cette information sur les sites et nous sommes préoccupés et inquiets de cette transaction.» «Aussi bien Sonatrach que ses partenaires étrangers ont intérêt à veiller sur le principe de gagnant-gagnant», a-t-ajouté. «Sonatrach a besoin de ses partenaires pour développer davantage ses périmètres miniers, ses recherches d’exploitation, son niveau de production ainsi que ses recettes en devises», a souligné le ministre avant de rappeler que la compagnie nationale ne peut se développer sur ses efforts propres dans toutes les phases de projets, notamment dans l’exploitation. Avant de fermer cette parenthèse, le premier responsable du secteur a félicité la Sonatrach pour son niveau de négociation avec ses partenaires étrangers.

M.A