Ramadhan: La Protection civile met en garde contre certaines pratiques fatales

0
809

Dans le cadre des activités de prévention, d’information de proximité, et en prévision du mois du Ramadhan, la Direction générale de la Protection civile appelle les citoyens à un «maximum de prudence» durant cette période marquée par une «forte» augmentation des accidents de la circulation, mais aussi les accidents domestiques dont sont victimes chaque année plusieurs personnes, notamment les cas de brûlures, intoxications alimentaires.

Cet appel qui motive également par un souci de «réduire» les conséquences générées par le non-respect des consignes de sécurités vise plus particulièrement les personnes concernées par les effets de fatigue, de la somnolence pour ce qui concerne les accidents de la route, ainsi que le manque de vigilance et la fatigue durant le jeûne durant toute la journée pour les accidents domestiques, «Avant le mois de carême les femmes au foyer ont tendance à faire le nettoyage de la maison en utilisant des détergents et autres produits chimiques, ce qui engendre des fois des cas de brûlure de différent degrés, ainsi que le mauvais arrangement de ces produits et les laisser à la portée des enfants. Le risque de voir ces derniers consommer ces produits est grand, provoquant par la même des brûlures internes ainsi que des intoxications, qui engendrent parfois le décès de la personne», met en garde l’institution du colonel El Habiri.

Aussi, Les enfants et les femmes sont les plus exposés aux brûlures durant ce mois sacré, en particulier au niveau de la cuisine et cela juste avant la rupture du jeûne. La PC recommande à ce sujet de faire attention et d’être «vigilants» plus particulièrement les «dernières» minutes précédant le F’tour et ce, en «déplaçant» les repas chauds et brûlants ainsi que l’huile de friture comme la chorba. Concernant les automobilistes et les usagers de la route, «l’empressement» dont font preuve de nombreux conducteurs, essentiellement «peu» de temps avant l’heure de la rupture du jeûne, en sus de la fatigue «cumulée» durant toute la journée, constituent, chaque année, les principales causes des accidents enregistrés lors du mois Ramadhan, déplore la Protection civile. Les chauffeurs des bus, des taxis et des camions qui assurent les longs trajets sont à cet effet appelés à «respecter» le code de la route, à «éviter» l’excès de vitesse, à «respecter» la distance de sécurité et à faire «attention» à la somnolence. A noter aussi, les intoxications alimentaires enregistrées durant ce mois béni et la période de l’été sont généralement provoqué par le «non-respect» des conditions de conservation, notamment les conditions d’hygiène et la chaîne de froid, ou encore l’exposition et la vente des denrées alimentaires sur la voie publique. La PC rappelle à la fin qu’en cas d’urgence provoquée par un incident ou un accident, il est primordial d’appeler les secours de la Protection civile au numéro 14 en «précisant» la nature du risque et l’adresse «exacte».