Ramadhan: L’accomplissement des Tarawih dans les mosquées tributaire de l’évolution de l’épidémie

0
160
Algerie: 15.08.2020 Des musulmans prient après la réouverture de la mosquée El Ikhlass, à Sidi Yahia à Alger, samedi 15 août 2020. L'Algérie a commencé à rouvrir les mosquées, cafés, plages et parcs samedi après cinq mois de mesures de confinement viral. Des couvre-feux sont toujours en vigueur dans plus de la moitié du pays, qui a signalé plus de 37 000 infections et 1 350 décès, le troisième taux de mortalité par virus le plus élevé en Afrique

Le président de la Commission ministérielle de la fatwa, Mohand Idir Mechnane, a indiqué, ce mardi à Alger, que l’accomplissement ou non de la prière des Tarawih dans les mosquées dépendra de l’évolution de l’épidémie de Covid-19, assurant que la décision sera prise dans l’intérêt des citoyens et conformément aux préceptes de l’Islam.

Dans une déclaration, en marge d’une conférence organisée par Radio Coran sur la fatwa en Algérie,   Mechnane a précisé que l’émission d’une fatwa concernant l’accomplissement ou non de la prière des Tarawih dans les mosquées sera décidée en coordination avec toutes les parties concernées, en tenant compte de l’évolution de l’épidémie de Covid-19. La Commission de la fatwa travaille en coordination avec le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, a-t-il fait savoir.

La commission suit de près l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Algérie et «toute décision qu’elle prendra sera dans l’intérêt des citoyens et en conformité avec les préceptes de l’Islam», a-t-il affirmé, ajoutant qu’elle «s’appuiera sur des données scientifiques». Mechnane a rappelé, dans ce contexte, que le travail mené par la Commission ministérielle de la fatwa de concert avec les différents secteurs avait grandement contribué à rassurer et à orienter l’opinion publique durant le pic épidémique en Algérie.

Toumi S.