Rapatriement de migrants nigériens / Le CNDH satisfait des conditions dans lesquelles l’opération s’est effectuée

0
19
Photo : PPAgency@

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH)  a exprimé hier, dans un communiqué, sa « satisfaction » quant aux conditions dans lesquelles a été organisée l’opération de rapatriement de migrants nigériens.

Le Conseil a participé au déroulement de ce convoi humanitaire à lequel les pouvoirs publics ont mobilisé  une équipe pluridisciplinaire. Qualifiant cette opération d’ « exigeante et complexe », le CNDH fait état de sa satisfaction.  « De retour de la wilaya de Tamanrasset, le CNDH qui a fait partie de la  caravane humanitaire ayant accompagné le rapatriement de migrants nigériens  vers leur pays d’origine fait état de sa satisfaction sur le déroulement de  cette exigeante et complexe opération qui a duré quatre jours, et ce à  partir de Zéralda (Alger) jusqu’à Tamanrasset, en passant par les wilayas  de Laghouat et de Ghardaïa et de la wilaya déléguée d’ln Salah », indique  le  Conseil dans un communiqué.   « Une équipe pluridisciplinaire de  médecins, d’éducateurs, d’assistants sociaux et de psychologues ainsi que  des moyens matériels composés de onze (11) bus, deux (2) camions de  transports de provisions et d’effets vestimentaires et un (1) camion de  carburant », ont été mobilisés « pour assurer confort et sécurité aux migrants rapatriés », précise le CNDH.   Ont participé à ce convoi humanitaire d’autres acteurs institutionnels et  non institutionnels, des représentants de la presse écrite et  audio-visuelle publique et privée, nationale et internationale ainsi que  des représentants des agences onusiennes accréditées à Alger en charge de  la question migratoire comme le Haut commissariat aux refugiés (HCR) et  l’Organisation internationale des migrants (OIM) dans le but de constater  de visu les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’opération de  rapatriement de 355 migrants.

Engager une réflexion  approfondie aux niveaux national et international

Relevant qu’il s’agissait également, pour lui, de « s’enquérir des  conditions d’hébergement et de prise en charge des migrants dans les  structures de transit, notamment les personnes vulnérables », le CNDH se dit  « conscient de la complexité de ces opérations et de leur sensibilité pour  les pouvoirs publics, qui n’épargnent, d’ailleurs, aucun effort, ni humain,  ni financier pour gérer au mieux le phénomène migratoire en Algérie, les  exhorte de maintenir ce niveau de prise en charge et d’assurer une  visibilité de cet effort, dans le respect total de la dignité humaine, et  encourage les pouvoirs publics sur la nécessité d’aller  au-delà du même sens ».  Le CNDH invite, aussi, tous les acteurs en charge de la question  migratoire aux niveaux national et international à engager une réflexion  approfondie sur l’immigration irrégulière transnationale, à laquelle fait  face le monde entier, à l’instar de l’Algérie, et de trouver une solution  durable au phénomène migratoire tant sur l’approche strictement humanitaire qu’économique et financière.  Il appelle, en conséquence, à une « solidarité internationale agissante  pour implémenter des stratégies et des politiques de développement dans les  Etats d’origine du phénomène migratoire ».

Selma D.