RASD : Aminatou Haidar appelle à protéger le peuple sahraoui et soutenir son droit à l’autodétermination

0
1164

La militante sahraouie des droits de l’Homme, Aminatou Haidar a appelé mercredi à Alger  à l’impératif d’assurer une protection aux Sahraouis et d’accélérer l’organisation d’un référendum autodétermination du peuple sahraoui, en vue de trouver une solution définitive au conflit au Sahara Occidental.

Haidar a affirmé que les violations des droits des Sahraouis par l’occupation marocaine   « se poursuivront à tous les niveaux, tant que la question sahraoui n’est pas réglée », ajoutant que « les exactions commises par le régime marocain à l’encontre des Sahraouis sont essentiellement liées au non respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à la confiscation de leurs droits civils, économiques, sociaux et culturels », a-t-elle estimé.

La militante sahraouie a rappelé que le régime marocain « confisque le plus élémentaire des droits des Sahraouis notamment le droit à la constitution d’associations et à la liberté de circulation, outre les intimidations exercées à l’encontre des militants des droits de l’homme », citant à titre d’exemple les membres de la délégation sahraouie ayant participé récemment à l’université d’été de Boumerdès (Algérie) qui ont été maltraités et arrêtés pour certains d’entre eux au niveau des aéroports de Casablanca et d’El Ayoun ».

« Les arrestations sont devenues quotidiennes et les militants sahraouis arrêtés sont jugés au sein de procès sommaires sur la base d’aveux obtenus sous la contrainte et la torture », a-t-elle dit.

En matière de liberté d’expression, tous les rassemblements pacifiques appelant  »             à accélérer l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui           et à la libération des détenus politiques ainsi qu’à stopper la spoliation de ses ressources naturelles, outre les fêtes internationales dont la journée mondiale de la femme, sont interdits par les autorités marocaines », précise Haidar.

La militante sahraouie a affirmé que l’occupation marocaine visait « à changer la carte démographique des territoires sahraouis et suit la politique d’intimidation, d’expulsion         et d’exode forcé des Sahraouis vers les villes éloignées et isolées ».

Le Maroc qui « prétend prôner les droits de l’homme et avoir signé la convention contre la torture persiste dans sa politique d’occupation à travers les perquisitions et la destruction des biens des Sahraouis, l’arrestation et la torture de mineurs et la confiscation des droits du peuple sahraoui », faisant fi des décisions et résolutions onusiennes et des chartes internationales pertinentes », a-t-elle soutenu.

Elle a appelé à l’élargissement des prérogatives de la Minurso pour englober la surveillance des droits de l’homme.

Concernant les derniers développements dans la région et la nomination du nouvel envoyé spécial au Sahara Occidental, Horst Muller, Haidar a estimé que cette nomination constituait « un bon signe » en vue de faire progresser la question sahraouie et de relancer les négociations gelées, souhaitant que « celui-ci joue un rôle positif et exerce les pressions sur la France, principal alliée du Maroc, vu expérience avérée du diplomate allemand        et le poids de son pays sur la scène européenne ».

Elle a regretté l’absence d’une véritable volonté politique chez la communauté internationale pour le règlement de la question sahraouie, qui « ne sert pas les intérêts de l’occupation marocaine », appelant à l’exercice de pressions sur le Maroc pour le contraindre à respecter les droits élémentaires du peuple sahraoui qui vit sous l’occupation. Le Maroc est de plus en plus isolé, grâce au rôle de la diplomatie sahraouie et du soutien de quelques pays frères », a-t-elle ajouté.

Elle a dit qu’elle procédait personnellement à l’enregistrement « en chiffre et avec sincérité, des violations marocaines en vue de protéger les droits des civils sahraouis, en attendant d’aboutir à un règlement définitif de la question sahraouie ».

La militante sahraouie, présidente du Collectif sahraouis des défenseurs des droits de l’homme (CODESA) a salué le rôle de l’Algérie dans le soutien à la cause sahraouie et ses principes intrinsèques dans le soutien des causes justes à travers le monde ».