Récifs artificiels : Les premiers seront crées   le mois prochain au large de la plage  d’Aïn Benian

0
1424

 La Direction de la pêche de la wilaya d’Alger  procèdera, en septembre, à la création  des premiers récifs artificiels sur le littoral algérois, au large de la  plage d’Aïn Benian, dans une première  expérience dans la wilaya visant à renforcer les ressources halieutiques,  en attendant sa vulgarisation ultérieure  aux autres plages de la capitale, a affirmé mercredi la directrice de la  pêche de la wilaya d’Alger, Rabia Zerrouki.

Dans le cadre d’un programme élaboré par la Direction générale de la pêche  et d’aquaculture au niveau du ministère de l’Agriculture, il sera procédé,  le mois prochain, à la création des premiers récifs artificiels dans la  wilaya d’Alger, au large de la plage d’Aïn Benian, en partenariat avec  plusieurs associations activant dans le domaine de l’environnement et des  clubs de plongée sous-marine, a affirmé Mme Zerouki à l’APS. Le projet sera réalisé en coordination avec l’Ecole nationale supérieure  des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral (ENSSMAL) et le club  de plongée sous-marine d’Aïn Benian « El Mordjane », a-t-elle poursuivi,  affirmant que les travaux de réalisation de la structure devant être  immergée ont été finalisés, en prévision de son implantation le mois  prochain. L’expérience sera encadrée par les membres du club de plongée sous-marine  d’Aïn Benian et les étudiants en doctorat de l’ENSSMAL qui veilleront à  noter toute évolution enregistrée au niveau de la structure.   Les récifs artificiels sont des structures immergées, dont le but  essentiel est de palier et de réduire l’empreinte humaine sur les écosystèmes côtiers, et ce de par leur aspect  esthétique et intérêt paysager,  a indiqué Mme Zerouki.   « Il s’agit de véritables maisons à poissons, créateurs de biodiversité et  de biomasse, « indispensable pour la préservation de la richesse halieutique  sur le littoral algérien », a-t-elle poursuivi, soulignant que leur création  a été  dictée par la forte pollution des côtes enregistrée ces dernières années au  niveau de la capitale. A cet effet, elle a cité l’expérience réussie du club Hippone de plongée  sous-marine d’Annaba qui s’est lancé depuis 2016 dans la réalisation du  projet des récifs artificiels pour protéger la biodiversité marine dans la  région d’Annaba et repeupler les zones désertes de toute vie sous-marine.  Ledit projet a également été le thème d’un film documentaire de 54 minutes  « Les maisons de mer », premier documentaire scientifique « 100% algérien »,  signé par une jeune équipe technique de biologistes sous-marins, conduite  par le réalisateur Hamza Mendil.

Houda H