Refoulement de la marchandise algérienne exportée : Djellab s’exprime

0
372

 Le refoulement de la marchandise algérienne exportée récemment vers le Canada, la Russie, la France et le Qatar,  qui était, il y a une semaine simple rumeur, se matérialise en une affaire sérieuse.

Ces pays ont donc décidé le refoulement la  pomme de terre, tomates et dattes, en raison de leur non-conformité avec leurs normes respectives. Ces produits-là, dit-on, contiennent un surdosage de pesticides.

Pour Said Djellab, ministre du Commerce « des petites opérations de refoulement peuvent se produire », mais reste toute de même surpris qu’une si imprudente situation a pu se produire.

En effet le ministre a expliqué à la presse à l’issue d’une séance d’audition devant la Commission des finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN), que « l’exportateur doit être au courant de toutes les procédures exigées dans le cadre d’une opération d’exportation y compris les exigences du marché vers lequel il souhaiterait exporter sa marchandise ».

Ne voulant s’attarder sur l’évènement, le ministre a annoncé avoir instruit ses services de « collecter toutes les informations nécessaires sur l’affaire », afin d’en connaître les détails et les circonstances.

« J’ai ordonné aux services du ministère du Commerce de collecter les informations nécessaires concernant l’exportateur et de définir les causes du refoulement de la marchandise », a déclaré le ministre  lors de la séance consacrée aux mesures contenues dans le projet de loi de finances complémentaire 2018 (PLFC2018),

Cependant, notons que ce nouveau tournant est comme une baffe pour la stratégie nationale des exportations. Une stratégie dont l’élaboration « a connu jusqu’à présent l’organisation de trois consultations, une quatrième consultation est prévue le 25 juin en cours », selon le ministre.

Selon lui, cette initiative va permettra au gouvernement de « parvenir à une vision globale sur le développement des exportations hors hydrocarbures au mois de juillet qui sera suivie de l’élaboration d’une feuille de route pour la diversification des exportations ». Cette stratégie, explique-t-il encore, prévoit plusieurs solutions aux problèmes relatifs à l’accompagnement des exportateurs.

Le ministre rappellera en outre que « huit secteurs concernés ont été définis dont l’agriculture en attendant le lancement d’un plan quinquennal pour le développement des exportations en octobre prochain ».

Mais encore là, du travail reste à faire. Le ministre ainsi que son groupe de travail pourront trouver des solutions lors des assises nationales de l’agriculture, et notamment, la vulgarisation et l’exportation des fruits et légumes, conformément aux instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Amel Driss