Règlement de la crise en Libye- Sellal réaffirme depuis Brazzaville l’engagement fort de l’Algérie, loin de toute ingérence extérieure

0
394
 Depuis la capitale du Congo, Brazzaville, où il a pris part hier au sommet du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, auquel participent les pays du voisinage, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a réaffirmé  « l’engagement fort » de l’Algérie en faveur de la mise en œuvre de la solution politique en Libye « loin de toute ingérence extérieure ».
« L’Algérie, qui est depuis le début du conflit, à équidistance avec toutes les parties libyennes, réaffirme son engagement fort en faveur de la mise en œuvre de la solution politique dans le cadre du dialogue inclusif inter-libyen et de la réconciliation nationale, loin de toute ingérence extérieure », a indiqué M. Sellal dans son intervention devant les chefs d’Etat ayant participé à ce sommet. « Parce que concernée au titre du voisinage, de l’histoire et des liens forts entre les populations des deux pays et des conséquences directes de la poursuite du conflit sur sa stabilité et sa sécurité, l’Algérie appelle instamment tous les frères libyens à s’unir contre le terrorisme et le crime organisé et
à mener la seule bataille qui vaille, celle de la paix et la stabilité », a souligné M. Sellal qui représente à ce sommet le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
Le Premier ministre a précisé que « c’est ce message que l’Algérie a porté ces dernières semaines lors des visites du président de la Chambre des représentants Aguila Salah, le Maréchal Khalifa Haftar, le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’entente nationale, Faiz Serradj, le président
du Haut conseil d’Etat, Abderrahmane Sweihli, des parlementaires de la Chambre
des représentants, des présidents de commissions de la Chambre des représentants,
des présidents de conseil municipaux, des leaders et personnalités politiques
ainsi que d’autres acteurs ». 
« Tous ont manifesté une réelle volonté à poursuivre cet élan de dialogue
et soutiennent tout processus visant à la réconciliation nationale », a encore
souligné M. Sellal.
Il a ajouté que « par devoir de solidarité, l’Algérie a apporté sa contribution
et a fourni, à plusieurs reprises, une assistance humanitaire en médicaments
et en produits alimentaires pour alléger les souffrances des populations libyennes
notamment frontalières », réaffirmant que l’Algérie « poursuivra, en concertation
avec les autorités légitimes de ce pays, cet effort ». 
« Nous restons convaincus que les frères libyens, conscients plus que
jamais, des risques de partition et de chaos auxquels ils sont confrontés, ont
la volonté et la sagesse qui leur permettront de transcender les difficultés
conjoncturelles et de relever les défis actuels », a encore affirmé M. Sellal.
« Il nous appartient tous, pays voisins et africains, pays partenaires,
communauté internationale et organisations régionales et africaines, de les
accompagner, à travers un agenda unique, celui du recouvrement durable de la
paix, de la stabilité et de la sécurité », a ajouté M. Sellal.
Le Premier ministre avait affirmé auparavant que l’Algérie a consenti des efforts et continue de le faire, pour trouver une solution politique qui préserve l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye par le biais d’un dialogue national et d’une réconciliation favorisant la mise en œuvre de l’accord du 17 décembre 2015.
 Cette position a été déjà mise en évidence par le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, qui avait réaffirmé  l’approche de l’Algérie concernant le règlement de la crise en Libye, basée sur la solution politique, le dialogue et la réconciliation nationale.
A cet effet, il a rappelé la visite du président du Conseil présidentiel
du gouvernement d’union nationale libyen Faïez Serradj en Algérie qui avait souligné l’importance de cette question, ajoutant que toutes les autres parties libyennes soutiennent l’idée du dialogue qui demeure incontournable, car permettant a-t-il dit, de réaliser la réconciliation nationale, de préserver de préserver l’unité du peuple libyen, sa souveraineté et sa liberté.
Lors de sa visite officielle à Alger, Faïz Serradj avait salué le rôle de l’Algérie et son soutien constant à la Libye, tout en affirmant que les relations entre les deux pays sont étroites.
Cette visite a été aussi l’occasion de réaffirmer la position de l’Algérie en faveur du processus de paix engagé dans ce pays et privilégiant la solution politique, le dialogue inclusif et la réconciliation nationale dans le cadre du respect de la souveraineté nationale.