Relations économiques algéro-américaines: Lamamra rencontre à Washington les membres du Caucus Algérie au congrès américain

0
841

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a rencontré, ce jeudi, à Washington, les membres du caucus Algérie au Congrès américain avec lesquels il a discuté de l’intensification des relations économiques algéro-américaines. La rencontre s’est déroulée en présence, notamment du pré- sident du Caucus Algérie (Algeria Caucus), le congressman Sean Duffy, ainsi que de l’ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra et du représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, Sabri Boukadoum. L’échange avec ce groupe de congressmen, amis de l’Algérie, a porté essentiellement sur les nouvelles mesures législatives et réglementaires en matière d’investissement et d’amélioration du climat des affaires en Algérie, a indiqué R. Lamamra en marge de cette entretien. Le ministre a fait savoir qu’il avait expliqué au Caucus ces nouvelles incitations à l’investissement mises en place par le gouvernement. L’exposé avait pour objectif de «répondre à certaines interrogations et questions posées par la communauté d’affaire américaine concernant le climat d’investissement en Algérie», a-t-il dit. «Nous avons partagé ces informations avec nos amis membres du Caucus qui les ont accueillies avec beaucoup de satisfaction. Nous avons expliqué que ces interrogations trouveront des réponses satisfaisantes dans les textes législatifs et réglementaires qui ont été considé- rablement modernisés», a-t-il ajouté. Durant cet échange avec les membres de la chambre des repré- sentants, le ministre a relevé que «les pratiques de l’administration algérienne ont été simplifiées et devenues des moyens d’incitation à l’investissement et à l’édification de partenariats avec les opérateurs économiques algériens». Lamamra a expliqué que le caucus Algérie est «convaincu de la nécessité de développer davantage le partenariat économique entre l’Algérie les Etats-Unis, qui, par ailleurs, commence à s’élargir à d’autres secteurs comme l’agriculture et l’industrie pharmaceutique après avoir été cantonné dans le secteur des hydrocarbures. Le caucus a estimé que l’Algérie était en mesure de devenir un pôle d’attraction pour l’investissement américain eu égard à son potentiel économique important et aux possibilités considérables qu’offre son marché.