Relations FAF – Ligue: Une partie de poker menteur !

0
72

Les membres de l’AG de la FAF auraient voté largement en faveur de l’option 3 dans le cadre de la consultation écrite proposée par la FAF pour en finir avec la saison en suspens. C’est du moins ce qui ressort des informations ayant fuité, hier, dans les cercles proches de la fédération.

Pour rappel, les acteurs du football sollicités avaient le délai jusqu’à samedi à minuit pour se prononcer. Comme il fallait s’y attendre, ils ont choisi l’option 3 qui consiste à valider l’accession et annuler la rétrogradation tout en déclarant le CRB champion de la saison 2019–2020. De ce fait, «les membres qui optent pour le choix (3), s’engagent à accepter les modalités d’accession et de rétrogradation de la saison 2020/2021 qui seront arrêtées et rendues publiques comme le stipule la réglementation en vigueur», comme a prévenu la FAF dans sa consultation. Le bureau fédéral de la fédération, devrait quant à lui, le valider au courant de cette semaine.  Un choix qui arrange la majorité des clubs et avec lequel, Kheireddine Zetchi espère rallier la base dans son éventuel quête pour un deuxième mandat à la tête de la FAF, même s’il déclare pour le moment n’y être pas intéressé. Mais les avis changent vite, notamment dans ce milieu, où la vérité de la veille n’est jamais celle du lendemain. Zetchi a-t-il gagné la bataille pour autant ? Rien n’est moins sûr. Le ministère de la Jeunesse et des Sports ne va certainement pas valider le choix de la fédération, car il est en totale contradiction avec les règlements. Car qui dit choix 3, dit forcément changement de système de compétition. Ce qui n’et pas autorisé par la loi dans une année, qui plus est, olympique. L’on s’apprête à assister à un véritable bras de fer entre les deux instances. La hache de guerre est déterrée, comme en témoigne la violente sortie médiatique, ce week-end, du président de la Ligue, Abdelkrim Medouar. Ce dernier s’est attaqué directement à son homologue de la FAF, l’accusant au passage de fuir ses responsabilités. «Je ne comprends pas pourquoi il n’a pas pris ses responsabilités.  Nous avons pourtant proposé plusieurs alternatives à cette consultation écrite, malheureusement personne ne nous écoute», s’est-il insurgé soupçonnant par ailleurs Zetchi de vouloir briguer un deuxième mandat. Après une telle déclaration, la cohabitation entre les deux responsables est difficilement envisageable. La rupture est inexorable, quand bien même, on a assisté par le passé à des retournements de situation incroyables. Cependant, cette fois le divorce semble inévitable. Ainsi pour se débarrasser de Medouar, la FAF pourrait retirer sa délégation de pouvoir à la Ligue pour provoquer une assemblée générale extraordinaire au sein de cette instance. Mais l’actuel président de la LNF n’est pas un homme à se laisser faire. En vieux politicien qui a roulé sa bosse, l’on suppose qu’il a un plan bien arrêté derrière la tête. D’autant qu’il compte probablement s’allier avec le MJS dont le différend avec la fédération n’est plus un secret, pour faire tomber Zetchi. Et pourquoi pas lui succéder dans la foulée. Medouar n’écarte pas cette éventualité. Tout le monde affiche ses cartes en ce moment. L’on s’apprête désormais à entrer dans une partie du poker menteur. Les paris sont ouverts…

Ali Nezlioui