Rencontre gouvernement-walis ce mercredi au palais des nations – La gestion des collectivités locales et la décentralisation à l’ordre du jour

0
70

La gestion des collectivités locales et la décentralisation seront les principaux inscrits à l’ordre du jour de la rencontre gouvernement-walis qui se tiendra ce mercredi au palais des nations à Club des Pins sous l’égide du Premier ministre, Ahmed Ouyahia.

  Le gouvernement qui prépare une nouvelle loi sur la gestion  des collectivités locales, compte approfondir la décentralisation et élargir les prérogatives des assemblées élues en vue de permettre aux communes de réaliser le développement local et prendre en charge les préoccupations des citoyens. Il s’agit également de renforcer le rôle des collectivités locales, approfondir la décentralisation, élargir les prérogatives des assemblées élues et promouvoir la démocratie participative. Le gouvernement envisage, en outre, de consacrer les principes des bonnes pratiques en matière de gouvernance locale, d’activer le nouveau rôle économique de la commune et instituer un nouveau système de fiscalité locale. Il faut relever, à ce titre, que cette démarche intervient en application des directives données par le président de la République, qui avait instruit le gouvernement en vue d’adopter une nouvelle approche pour sortir  l’économie nationale de sa dépendance vis-à-vis des hydrocarbures. A travers cette approche, le gouvernement compte donner une nouvelle dynamique au développement national, concrétisée par une décentralisation accrue dans la prise de décision et dans la liberté des initiatives ainsi que par une participation effective du citoyen dans la gestion de sa collectivité. A ce titre, l’accent a été mis sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, lesquelles permettront de donner un nouveau souffle et une nouvelle image à l’administration et service public.  En outre,  l’administration se doit d’être à la hauteur des attentes et aspirations légitimes du citoyen, et cela sera effectif par le biais de la mise en place des mécanismes et des moyens nécessaires. Dans la même optique, il y a lieu de relever la nécessité d’associer les jeunes, notamment les compétences et les diplômés universitaire, à la réalisation des projets inscrits, alors que l’Etat a assuré qu’il ne renoncerait ni aux acquis sociaux ni à la réalisation des programmes de développement arrêtés, en dépit de la conjoncture économique difficile que traverse le pays. Le Premier ministre avait déjà rappelé les principaux axes du programme du président de la République visant à consolider la cohésion nationale et la stabilité et à consacrer la démocratie participative par l’écoute en permanence du citoyen, le développement des canaux du dialogue avec toutes les composantes de la société, outre la bonne gouvernance et l’amélioration du service public. Le président de la République, faut-il le souligner, avait, maintes fois affirmé que les attentes sociales légitimes exprimées par les populations, demeurent au centre des préoccupations de l’Etat et seront satisfaites à travers les projets qui sont en cours de réalisation et ceux encore en voie d’être lancés et qui concernent tous les domaines d’activité. De ce fait, les efforts de l’Etat pour renforcer les infrastructures et le développement humain dans tous ses aspects seraient insuffisants s’ils ne seront pas accompagnés d’une création de richesse et d’emploi à la mesure des capacités que recèlent ces régions et des attentes que nourrissent notamment les jeunes en quête d’emploi, de valorisation de leurs connaissances et de leurs compétences et, partant, de leur insertion sociale, avait souligné le chef de l’Etat .L’exécutif, ayant pris conscience de l’importance d’une telle démarche, semble plus que jamais déterminé à donner tout l’intérêt voulu à la prise en charge des problèmes des citoyens et à l’amélioration de leur cadre de vie. Lors de leurs visites sur le terrain, plusieurs ministres ont affirmé que le gouvernement prend en charge tous les besoins des citoyens, notamment en matière d’habitat, d’éducation, de santé, de transport, d’électricité, de gaz, d’eau potable et de toutes les infrastructures de base et ce, en application des instructions rigoureuses du président de la République. Ils ont également rappelé que le développement local a toujours constitué une priorité des pouvoirs publics, soulignant que le gouvernement s’attèle à réduire les disparités entre les wilayas du Nord et celles du Sud. Ils ont appelé les walis  à faire de la prise en charge du développement durable et de l’investissement dans leurs collectivités, une priorité absolue. Le gouvernement avait tenu à réitérer l’engament du président de la République en vue de réunir toutes les conditions nécessaires pour la concrétisation de tous les projets inscrits au titre de développement des régions. Dans son dernier message, le chef de l’Etat avait appelé à une conduite patriotique économique offensive en vue de moderniser l’industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées. Dans ce sens, il a avancé que le principe de la préférence nationale prévaudra rigoureusement dans les commandes publiques, de même que le gouvernement encouragera les produits nationaux à gagner en compétitivité et occuper une place majeure sur le marché national et à trouver une place dans les marchés internationaux. D’autre part, le président de la République avait indiqué que la diversification de l’économie du pays devrait s’appuyer, de plus en plus, sur des activités plus intenses en technologie et à forte valeur ajoutée, qui devra induire un repeuplement industriel qualitatif et en phase avec les évolutions structurelles de l’industrie mondiale. Il avait également appelé le gouvernement à œuvrer  pour le renforcement de la capacité de l’économie du pays, tout en étant convaincu  que cette politique permettre de mener un plan d’action efficace de sortie de crise.