Rencontre gouvernement-walis: Une nouvelle opportunité pour relancer le développement local

0
105

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, présidera aujourd’hui au palais des nations, à Club des Pins, la rencontre gouvernement-walis, deuxième du genre depuis son investiture en décembre 2019,  avec pour objectif de relancer le développement local dans une conjoncture difficile aggravée par la propagation du Coronavirus et la chute drastique des recettes pétrolières.

Le chef de l’Etat devrait saisir cette occasion pour donner de nouvelles directives aux membres du gouvernement et aux walis en vue d’accélérer le développement local et être à l’écoute des préoccupations et des attentes des citoyens, mais également lutter contre le gaspillage des dépenses publiques. M. Tebboune avait affirmé, lors de la précédente rencontre tenue en février dernier, que les dépenses publiques doivent être affectées au règlement des problèmes de développement au niveau local. Il avait mis l’accent, en outre, sur la nécessité de poursuivre «avec rigueur» la lutte contre la corruption et l’abus de fonctions, estimant que le citoyen souffrait encore de ce qu’il a qualifié de «petite corruption». Affirmant que «le citoyen est en droit de bénéficier des services de l’administration et de demander les documents dont il a besoin, sans qu’une quelconque compensation ne lui soit exigée en contrepartie», le président de la République avait rappelé, à cet égard, l’existence de pratiques «inacceptables» exercées par l’administration contre le citoyen, ce qui est plus grave que la corruption. «L’abus de fonction dans le but de s’enrichir reste illicite, d’où l’impératif de lutter contre ce phénomène car nul n’a le droit d’exiger au citoyen une compensation en contrepartie d’un service», avait-il ajouté, appelant les responsables concernés à honorer leurs engagements vis-à-vis du citoyen qui «sait pertinemment distinguer le véritable responsable, de celui qui veut gagner du temps». Le président de la République avait instruit également les responsables locaux de se rapprocher des citoyens et de «briser le cloisonnement créé par le passé entre les citoyens et l’Etat». Dans cette conjoncture particulière, vous êtes tenus, en tant que responsables locaux, d’opérer le changement au niveau local en rompant définitivement avec les anciennes pratiques et en vous rapprochant des citoyens afin de briser le cloisonnement créé par le passé entre les citoyens et l’Etat et de restaurer la confiance perdue», avait-il affirmé. À ce propos, il avait enjoint aux walis et aux responsables locaux de «s’abstenir de faire de fausses promesses» et de ne promettre que ce qu’ils sont réellement en mesure d’offrir aux citoyens, dont il ne faut plus négliger et dédaigner les préoccupations, a-t-il dit, estimant que «cela passe impérativement par le recours aux cadres compétents, quelles que soient leurs tendances». M. Tebboune avait, par ailleurs, mis en avant la nécessité d’aider la société civile à s’organiser pour contribuer au développement local. Par la même occasion, il a affirmé que le Hirak populaire pacifique qui célèbre son premier anniversaire traduit la volonté du peuple qui a pris son élan, en décembre dernier, pour une élection transparente et intègre où il a réitéré son engagement pour un changement radical.«Il est temps de concrétiser les engagements pris lors de la campagne électorale, sans aucune exclusion ou marginalisation, ni intention de vengeance », a-t-il soutenu, soulignant qu’il œuvrera avec «toutes les parties pour tourner la page du passé et celle de la nouvelle République avec un nouveau esprit et une nouvelle approche» Il avait relevé aussi que la rencontre gouvernement-walis avait un objectif unique et un effort unifié pour prendre en charge les aspirations des citoyens et mettre un terme à leurs souffrances, dans le cadre d’une nouvelle ère et une nouvelle République de manière à construire une Algérie nouvelle. «Cet objectif pourra se traduire à travers l’adoption d’un nouveau mode de gouvernance assaini de tous les vices, ambiguïtés, corruption ou autoritarisme», et ce, dans le but de préserver le droit du citoyen et sa dignité, avait-il ajouté. M. Tebboune avait appelé, au lendemain de son élection à la magistrature suprême, les participants au Hirak populaire à un dialogue «sérieux» pour l’intérêt de l’Algérie. «Il est temps de concrétiser les engagements pris lors de la campagne électorale, sans aucune exclusion ou marginalisation, ni intention de vengeance», a-t-il soutenu, soulignant qu’il œuvrera avec «toutes les parties pour tourner la page du passé et celle de la nouvelle République avec un nouveau esprit et une nouvelle approche». À travers un nouveau modèle économique, l’Etat compte s’inscrire dans la rupture  totale avec les méthodes de gestion du passé et engager une nouvelle démarche marquée par une adéquation des politiques publiques et sectorielles et une rénovation de la gouvernance économique. Cette stratégie devrait permettre, à court et à moyen termes, de mettre en place une économie où la forte dépendance aux hydrocarbures et la dépense publique seront réduites graduellement. Dans ce cadre, la dépense publique continuera de servir de levier de développement et de la croissance dans le cadre d’une politique budgétaire rénovée et dont l’objectif sera de maintenir l’effet de la dépense publique comme instrument de l’investissement public et comme un stimulant à l’activité économique productive. Cette nouvelle démarche adoptée par l’exécutif devrait favoriser l’émergence d’une politique de diversification économique, de transformation structurelle et de rénovation du modèle de financement de l’économie. À ce titre, le Premier ministre a affirmé que les priorités ont été définies en vue de traduire les mesures et fixer avec précision les délais d’exécution du plan d’action du gouvernement pour pallier les inégalités en matière de développement local, notamment dans les régions du Sud, les zones montagneuses et rurales.

Le Premier ministre a fait état d’un travail en cours pour la révision de la nomenclature nationale des projets de développement, notamment ceux gelés, reportés ou non encore entamés Conscient de la spécificité, de la priorité et de la sensibilité du dossier du développement, le gouvernement est disposé à œuvrer à la prise en charge de ces préoccupations dans le but de garantir un développement équitable au profit de toutes les régions du pays, sans exclusion ou marginalisation, avait assuré M. Djerad, précisant que ce volet constitue une priorité majeure pour le gouvernement qui non seulement partage le même diagnostic mais également l’impératif de réunir toutes les conditions d’une vie décente aux citoyens où qu’ils se trouvent et quelque soit leur wilaya. La vérité amère est qu’il existe des zones d’ombre et d’exclusion, y compris dans la capitale du pays, a-t-il déploré ajoutant que l’Algérie ne peut pas fonctionner à deux vitesses et notre peuple mérite une meilleure prise en charge où qu’il se trouve. Soulignant l’engagement du gouvernement à poursuivre les programmes d’infrastructures et d’équipements prévus dans les différentes régions du pays, dans le cadre d’une nouvelle approche participative, le Premier ministre a fait état d’un travail en cours pour la révision de la nomenclature nationale des projets de développement, notamment ceux gelés, reportés ou non encore entamés. D’autre part, le gouvernement compte adopter une nouvelle approche en matière de lutte contre le chômage et s’engage à assurer une couverture sanitaire équitable et de qualité, tout en œuvrant à remporter le défi de la qualité dans le secteur de l’éducation. À ce propos, M. Djerad a mis en avant la nécessité de poursuivre les efforts dans le domaine de l’emploi, à travers l’adoption d’une nouvelle approche reposant sur un traitement purement économique, tout en réitérant la détermination du gouvernement à prendre en charge les préoccupations des jeunes exerçant dans le cadre des dispositifs d’insertion socio-professionnelle, des agents contractuels et des remplaçants, à travers une étude approfondie et détaillée de ce problème épineux, afin de trouver les solutions possibles pour établir des passerelles avec le marché du travail aux fins de leur insertion dans la vie professionnelle. Il a évoqué, en outre, la redéfinition de l’ordre de priorité de réalisation de ces projets dans chaque wilaya en fonction des besoins réels, capacités disponibles, le dividende socio-économique suivant les spécificités de chaque région. Le Premier ministre a, en outre, mis en avant la volonté du gouvernement d’assainir l’administration des pratiques bureaucratiques désuètes à travers la mise en œuvre d’une panoplie de mesures pratiques détaillées dans le Plan d’action, affirmant que le renforcement de la gestion décentralisée était une préoccupation partagée par l’Exécutif, qui s’emploiera à l’amélioration de la performance dans tous les domaines.

  1. Benslimane