Rencontre Ouyahia – Makri : Le RND rejette à son tour l’initiative de transition du MSP

0
706

Le Rassemblement National Démocratique (RND) a rejeté à son tour la proposition de transition du MSP, selon un communiqué émis par le RND au terme de la rencontre entre son Secrétaire général Ahmed Ouyahia et le Secrétaire général du MSP Abderrezak Makri.

« Réagissant à la proposition de transition et de consensus national présentée par le MSP, le RND a rappelé que, s’agissant des présidentielles de 2019, il milite pour un nouveau mandat du Président Abdelaziz Bouteflika, par souci de stabilité et de continuité », peut-on lire dans le communiqué du parti qui considère « qu’il n’y a pas de place pour une transition politique dans un pays qui retourne régulièrement aux urnes, car ce serait là un déni de la souveraineté populaire ». Le parti du Premier ministre a jugé qu’« en matière électorale, le consensus serait une négation du pluralisme démocratique », tout en appelant à « un large débat politique pour dégager les bases d’un consensus autour d’une économie sociale de marché garantissant l’efficacité économique au profit de toute la Nation et garantissant aussi la justice sociale au bénéfice des citoyens défavorisés ». Ce deuxième échec essuyé par le parti islamiste survient après que l’autre parti principal du pouvoir, le FLN, ait rejeté la proposition de transition et de consensus national. Toutefois, le communiqué du parti d’Ahmed Ouyahia, contient un passage qui pourrait être perçu comme un appel du pied au MSP et une allusion faite à celui-ci à propos de son éventuelle participation à de futurs gouvernements, en rappelant la participation du parti islamiste au pouvoir sous le règne de Bouteflika, pendant près de 15 ans. « Le Secrétaire général du Parti, Monsieur Ahmed Ouyahia, a d’abord souligné les contributions du MSP durant 15 années au redressement, puis à la reconstruction nationale », a indiqué le parti qui poursuit : « en ce qui le concerne, le RND fait partie, depuis 1997 à ce jour, de gouvernements successifs à composantes élargies, convaincu que pour relever ses défis, l’Algérie a besoin du concours de toutes les forces politiques légales et favorables à ce choix »