USA: Renforcement des contrôles pour les demandeurs de visa, les comptes sur les réseaux sociaux dans la ligne de mire des autorités

0
1057

Depuis l’élection de Donald Trump, la politique migratoire américaine se durcit, une nouvelle étape a été franchie aujourd’hui, puisque désormais les demandeurs de visas, quelle que soit leur nationalité, devront présenter en plus des informations concernant leur identité, tout dire sur leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Un responsable du département d’État a confié, ce vendredi que ce durcissement des contrôles était en vigueur depuis le 25 mai et s’appliquait à tout demandeur de visa pour lequel un agent consulaire jugerait avoir besoin d’informations sur les comptes qu’il possède sur des réseaux sociaux. Il a toutefois estimé que seul «1 % des plus de 13 millions de demandeurs annuels de visas dans le monde entier » pour les États-Unis serait affecté par ces nouvelles règles. «Le département d’État a commencé à collecter des informations supplémentaires pour les demandeurs de visas du monde entier quand un officier consulaire estime qu’une telle information est nécessaire pour confirmer une identité», a expliqué ce cadre du ministère des Affaires étrangères. Dans ce cas de figure, «des demandeurs de visas devront fournir des informations supplémentaires, notamment leurs comptes sur les réseaux sociaux, les numéros de leurs anciens passeports, des informations supplémentaires sur les membres de leur famille et un historique plus long de leurs voyages, emplois et contacts », at-il détaillé.

Ces nouvelles procédures, sur lesquelles le département d’État n’a pas officiellement communiqué, découlent d’un «mémorandum du président (américain Donald Trump) datant du 6 mars 2017 sur le renforcement des contrôles pour les demandes de visas», a expliqué le responsable. Un formulaire du ministère – intitulé « DS-5535- Questions supplémentaires pour les demandeurs de visa» et facilement téléchargeable – contient effectivement plusieurs sections supplémentaires, notamment la nécessité de fournir les noms et les comptes de réseaux sociaux éventuellement utilisés. Aucune marque de plateformes d’échange et de partage de contenus – comme Twitter, Facebook ou Instagram – n’est cependant mentionnée dans ce formulaire. Ces procédures plus strictes s’inscrivent dans le cadre d’une politique migratoire et de visas que l’administration Trump entend durcir.