Réorganisation des soins et des urgences / Pour une meilleure qualité de prise en charge du patient

0
112
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

La prise en charge des urgences médicales et chirurgicales a fait l’objet d’une réunion tenue, mardi, par le  ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, avec les Directeurs de la Santé et de la Population (DSP) des wilayas hospitalo-universitaires.

S’exprimant sur l’objectif de la réunion, dans son intervention liminaire, le ministre a indiqué qu’elle visait « à mettre en place les meilleures pratiques possibles en matière d’organisation pérenne des soins dans les wilayas à vocation hospitalo-universitaire ».

Ces actions sont à entreprendre « avant la duplication et l’adaptation de cette organisation au niveau des autres wilayas du pays », précise un communiqué du ministère de la Santé.

Ceci dit le ministre fera remarquer qu’il ne « s’agit pas véritablement d’une réorganisation mais d’un juste et nécessaire retour à la normale en matière d’organisation et de fonctionnement des services hospitaliers à vocation universitaire, dont la gestion devra être un modèle ».

Le ministre a par ailleurs mis en exergue « les articulations à prévoir  pour que cette réorganisation s’inscrive dans la logique globale de mise en  place des réseaux de soins sur une base hiérarchisée ».

Car pour le ministre,  « grâce aux différents programmes de développement initiés par le Président de la République,  nous ne manquons pas de moyens, mais simplement d’organisation et d’efficacité »,

D’ailleurs il n’omettra pas de faire remarquer que « l’amélioration de la qualité de la prise en charge du patient ouvrera considérablement à redorer l’image des acteurs  de la santé, image ternie par une conjugaison de comportements et de dysfonctionnements ».

Il importe de noter que les  DSP concernés sont ceux d’Alger, Blida, Constantine, Batna, Annaba, Sétif, Oran, Tlemcen, Tizi-Ouzou, et Sidi Bel Abbés. Selon le même communiqué, cette réorganisation est inspirée du « travail déjà entamé » à Alger et exposé durant cette réunion par le DSP de la capitale.

Intervenant devant la commission des affaires financières et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre du règlement budgétaire 2015, au mois de janvier dernier, le ministre avait annoncé la poursuite de la réhabilitation des établissements hospitaliers à travers « l’introduction du contrat annuel de performance ».

Cette action, ainsi que l’élaboration de la loi sur la Santé, modifiant celle de 1985 partagent le même objectif. Celui d’améliorer la gestion des Etablissements publics de santé et assurer des soins de qualité aux citoyens.

Amel Driss