Report des matches du championnat:  Les clubs et la Ligue dans l’expectative

0
421

 Le spectre de la saison blanche plane sérieusement sur les championnats de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Les derniers reports des matches MCA- MCO, JSMB- PAC et USMH- RCK pour des raisons d’ordre public complique davantage la programmation de la Ligue déjà bien chargée avec les différentes compétitions qu’elle doit gérer.

D’autant que d’autres rencontres prévues au cours de cette semaine, pourraient connaitre le même sort au vu de la situation précaire qui prévaut dans le pays. Comment va faire Abdelkrim Medouar pour s’en sortir et terminer la saison au cours de la deuxième semaine du mois de mai prochain, comme c’est fixé au préalable ? Dans les conditions actuelles, il est très difficile, voire impossible de respecter les délais impartis. L’on se dirige vraisemblablement vers une prolongation de la durée du championnat, à condition aussi que la compétition reprenne dans les meilleurs délais, c’est-à-dire dès que la situation le permette. Dans le cas contraire, il risque carrément l’annulation. Mais aujourd’hui, personne ne peut s’avancer ou affirmer quoi que ce soit concernant le déroulement ou pas des championnats. Des matches en retard  sont en principe programmés pour demain, à savoir DRBT- CRB, USMBA- JSS, USMH- RCK, ainsi que JSMB – ASO. Vont-ils se tenir ? Rien n’est moins certain. C’est le flou le plus total. Evidemment, cela dépasse les prérogatives de la LNF, la balle est plutôt dans le camp des pouvoirs publics, comme c’est toujours le cas dans ce genre de situation.En attendant, les clubs doivent s’adapter comme ils le peuvent et se préparer à toutes les éventualités. Les équipes engagées dans les compétitions africaines quant à elles ne sont pas concernées par cet arrêt forcé. Le CSC, la JSS et le NAHD seront appelés à jouer dès la semaine prochaine. Les Clubistes recevront à Constantine Ismaily le 2 mars, alors que le Nasria retrouvera le lendemain Gor Mahia au stade du 5-Juillet. La Saoura, quant à elle, a rendez-vous avec Simba Sports le 9 mars à Bechar. Des rencontres que l’on ne peut pas reporter ou décaler, mais il se peut qu’elles se déroulent sans la présence du public. Une probabilité à ne pas écarter. Cela dit, on n’en est pas encore là. Pour le moment, il n’y a rien d’officiel, cela reste des supputations. Mais l’opinion sportive s’interroge et se pose des questions.Tout le monde néanmoins souhaite que le cours du championnat se poursuive normalement sans interruption. Cela aura pour effet de détendre un peu l’atmosphère en ces temps de crise. Qu’on le veuille ou non, le football reste l’une des rares attractions dans le pays, notamment pour les jeunes. Ils attendent avec impatience le déroulement du championnat, il serait dommage de les en priver pour une longue période. Cela fait partie de leur quotidien à l’instar d’ailleurs  de tous les jeunes des autres pays où le football est roi.La politique ne doit pas trop s’immiscer dans le sport, même si la sécurité des biens et des personnes est prioritaire. Il faut seulement savoir faire la part des choses.

Ali Nezlioui