Reprise de la compétition: Les tergiversations incompréhensives des instances sportives

0
116

L’on ne comprend franchement pas les tergiversations des instances sportives concernant la suite à donner aux activités sportives en suspens, notamment la relance ou pas du championnat de la Ligue1.

La FAF, au cours de la dernière réunion de son Bureau fédéral, a refusé catégoriquement de tirer un trait sur la saison en cours, espérant une décision favorable des autorités sanitaires pour pouvoir reprendre la compétition. Hier c’est le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi, qui, dans un entretien accordé à la Radio nationale, a déclaré à son tour qu’il attend le feu vert des autorités du pays pour poursuivre la compétition. «La reprise des activités sportives, notamment pour les sports collectifs, dont le football en Algérie, est une question éminemment scientifique qui relève de la compétence de la commission scientifique au niveau du ministère de la Santé et de la commission ad hoc au niveau du Premier ministère. Nous avons entrepris les démarches auprès des deux institutions que nous avons saisies pour connaître leurs avis sur l’éventuelle reprise de la compétition», a-t-il expliqué. En parlant d’avis justement, celui autorisé et de référence, du Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre de la Commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie du nouveau coronavirus (Covid-19), est on ne peut plus clair à ce propos. Pour lui : «A partir du moment que mosquées, écoles, universités et salles des fêtes n’ont pas été autorisées à rouvrir, je ne vois pas l’utilité de poursuivre la saison footballistique, avec tout ce que cela implique comme risque réel pour la santé d’autrui», a-t-il tranché. Pour pratiquement tous les observateurs, la saison est bien morte. Il faudra dès lors se préparer à la prochaine et en finir avec cette position d’attente qui devient lassante et exaspérante. Ce sujet, que l’on a longuement traité sur ces mêmes colonnes, ne semble pas vouloir se terminer, à cause, il faut le dire, de l’attitude de quelques dirigeants obstinés, feignant d’ignorer totalement la situation épidémique dans laquelle se débat le pays. D’ailleurs, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le Professeur Abderrahmane Benbouzid, a rappelé, dans une conférence de presse animée, hier, que «l’Algérie n’est pas l’Allemagne». Par ailleurs, même si l’on admet que les autorités sanitaires donnent leur feu vert pour la reprise, ce qui est au demeurant très improbable, voire complètement écartée, comment la FAF va-t-elle s’organiser pour relancer le champions dans les conditions actuelles ? Si l’on se fie à sa feuille de route à laquelle elle se réfère pour une éventuelle relance de la compétition, elle est difficilement applicable en ce moment. La principale contrainte demeure le facteur temps qui joue en défaveur de la Fédération. Si la levée  du confinement est autorisée pour la pratique sportive dans les jours à venir, il faudra prévoir au moins 5 à 6 semaines de préparation pour les équipes avant la reprise de la compétition. Si l’on compte les huit journées restantes à disputer, le championnat ne se terminera pas avant la fin octobre. L’on se demande dès lors, quand la nouvelle saison va-t-elle démarrer ? Pas avant la fin novembre dans les meilleurs délais. Le bon sens voudrait que l’on sacrifie cette année pour ne pas hypothéquer la suivante. Mais visiblement, ce n’est pas l’avis de tout le monde.

Ali Nezlioui