Reprise des championnats: L’Allemagne se lance la première, mais à quel prix ?

0
204

La Bundesliga est le premier championnat majeur à avoir repris la compétition, en dépit de la persistance de la pandémie du coronavirus. Après deux mois d’arrêt, la barrière est tombée.

D’autres championnats vont sans doute prendre le même chemin dans les semaines à venir. L’on pense notamment à des pays comme l’Espagne, l’Italie ou l’Angleterre. Après une période de doute, de tergiversation et parfois d’atermoiement, l’envie ou plutôt la nécessité de reprendre la compétition a été la plus forte. Deux longs mois sans voir ce fameux ballon rond, si magique, rouler sur le rectangle vert, c’en était trop. L’occasion pour nous de revoir Ramy Bensebaini de nouveau à l’œuvre. L’international algérien s’en est bien sorti en contribuant grandement à la victoire de son équipe, Mönchengladbach (1 – 3), face à Francfort, en étant buteur et passeur. Mais c’était presque anecdotique, car le plus important était ailleurs, lors de cette journée spéciale où tous les regards étaient braqués sur l’Allemagne. Le monde du football était curieux de voir comment allait se passer la reprise du championnat sans public. Mais aussi de voir la réaction des joueurs évoluant sans pression sur le terrain. Les avis sont partagés à ce sujet. Y en a ceux qui ont cessé de regarder cette «purge», au bout d’une demi-heure de jeu. Ils estiment que le public est l’essence même du sport. Il pousse l’athlète à se surpasser, à réagir dans les moments difficiles. En son absence, ce n’est plus la même chanson. Le sport avec spectateur et le sport sans spectateur sont 2 sports totalement différents, pensent-ils. Il y en en revanche ceux que cette situation du huis clos ne dérange pas. D’autant qu’elle obligée. Ils se passent volontiers de la présence du public dans les stades, pourvu que le football reprenne ses droits. Il faut avouer néanmoins que des tribunes affreusement vides sont tristes. Cela déteint inéluctablement sur le spectacle d’une manière générale. Il n’y avait qu’à voir les mines des joueurs de Dortmund à la fin de leur match contre leurs voisins de Schalke 04. Le derby de la Ruhr d’habitude si bouillonnant s’est déroulé cette fois dans une ambiance retenue et monotone. On était loin des débordements émotionnels et les tensions qui caractérisent souvent ce genre de rencontres. Malgré leur large victoire (4 – 0), on sentait les joueurs de Dortmund presque gênés. Pour rendre hommage au grand absent de la journée, ils sont allés tous saluer la tribune vide dans laquelle se regroupent d’habitude leurs ultras. Une prière pour l’absent afin qu’il revienne dès que possible pour partager leurs joies et leurs peines. En dépit des dépassements qu’ils peuvent parfois provoquer et que l’on condamne chaque fois, les supporters sont une partie intégrante du spectacle et des manifestations sportives. Certes la conjoncture difficile que l’on traverse actuellement ne permet pas de prendre des risques avec les vies des gens. Toutes les précautions ne sont pas suffisantes pour les préserver. Toutefois plus tard, l’on devrait méditer sur l’importance de la présence des supporters dans les enceintes sportives, notamment chez nous où on a tendance à décréter le huis clos pour la plus petite des infractions.

Ali Nezliou