Reprise des compétitions: Le silence assourdissant de la FAF

0
112

La décrépitude et la déchéance qui affectent notre football et ses institutions ont atteint un niveau de décomposition avancée. L’on se demande s’il y a encore quelque chose de récupérable dans ce miasme ambiant qui se propage, à l’image d’une pandémie, pour inhiber les esprits et la conscience.

Comment expliquer et accepter que l’on soit tombé si bas au point où dans notre chute vertigineuse sans filets, on a perdu toute notion du temps et de l’espace, continuant à planer dans un monde parallèle et irréel qui défie toute vraisemblance. Le réveil sera dur. Il sera peut-être trop tard pour rattraper toutes les bêtises commises et les incohérences d’un système bâti sur le clientélisme et l’incurie. L’épidémie du coronavirus a mis à nus l’incompétence, l’irresponsabilité et la négligence des responsables de la FAF et de la LNF dont le souci majeur est de se maintenir en poste quoiqu’il advienne. Les scandales succèdent aux décisions irréfléchies dans une impunité et une indifférence totale. Un championnat arrêté, un 4e qui se retrouve par enchantement 2e au classement suivant un indice adopté pour la première fois chez nous. La dernière trouvaille de la Fédération, et c’est la découverte de l’année, voire plus, consiste à effectuer un tirage au sort parmi les huit équipes encore en lice en Coupe d’Algérie, pour désigner le 2e représentant algérien en Coupe de la CAF. Une suggestion qui fait son chemin, en dépit de son irrationalité et de son invraisemblance.Toutes les propositions les plus imprévisibles et les plus surprenantes sont désormais possibles  dans cette pétaudière. Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de clubs se démarquent  de leurs institutions qui ont perdu toute crédibilité et leur autorité est légitimement contestée et contestable. A l’image de la JSK qui poursuit son stage du côté d’Akbou, malgré le rappel à l’ordre de la Ligue qui attend, pour sa part, le feu vert des pouvoirs publics pour autoriser la reprise des entraînements.  Pendant ce temps, les autres équipes s’impatientent et n’expliquent pas cette attente qui a trop durée. Alors qu’il y a plus d’une semaine, le gouvernement a instruit le ministre de la Jeunesse et des Sports pour préparer les fédérations à la relance de leurs activités. Depuis, aucune évolution notable. Toujours le statu quo exaspérant, alors que le temps file. Dans ses prévisions, la fédération a fixé le 15 septembre pour la reprise des entraînements. Cependant, rien n’indique que cette date sera respectée. Il n’y a pour le moment aucun signe d’une imminence de la reprise. Il y a lieu de se demander, du coup, s’il y a quelqu’un ou un responsable que se soucie vraiment du secteur. Pourtant, même les autorités sanitaires qui étaient réfractaires, il y a quelque temps, appellent désormais à la reprise d’une vie normale, tout en gardant les réflexes pour se protéger de la pandémie. Mais apparemment, cela ne concerne pas le secteur sportif qui poursuit le confinement dans lequel beaucoup se complaisent.

Ali Nezlioui