Résolution du Parlement européen sur les droits de l’homme en Algérie: La classe politique dénonce «une atteinte à la souveraineté nationale»

0
248

La situation du Parlement européen sur les droits de l’homme en Algérie a fait réagir la classe politique, qui a dénoncé une ingérence aux affaires internes du pays et une atteinte à la souveraineté nationale.

Ainsi, plusieurs partis politiques et organisations nationales ont condamné cette résolution, à commencer par le FLN qui s’est dit «indigné» face à ce qu’il a qualifié «une odieuse ingérence» dans les affaires internes de l’Algérie. «Ces eurodéputés, à qui il semble échapper que l’Algérie est un Etat pleinement souverain qui ne se soumet qu’à la volonté de son peuple libre et qui ne reçoit d’injonction de personne, sont aux abonnés absents dès lors qu’il s’agit des violations et agressions perpétrées au Sahara occidental et n’éprouvent aucun scrupule devant la persistance des souffrances d’un peuple sans défense qui ne demande rien de plus que l’autodétermination, conformément aux résolutions des Nations unies», a affirmé le vieux parti. Réitérant sa condamnation de la teneur de la résolution qu’il considère comme «acte dénué des principes élémentaires de diplomatie, de bon voisinage et de respect de la souveraineté des Etats», le FLN s’est dit être «convaincu» que «ces provocations ne réussiront jamais à troubler la cohésion sociale en Algérie, ni à entamer la confiance des Algériens dans les institutions de leur Etat et dans le processus de renouveau et de réforme, sous la conduite du président de la République, couronné par l’amendement de la Constitution le 1er novembre 2020». Pour sa part, le RND a dénoncé et condamné vigoureusement  la résolution du Parlement européen, la qualifiant de «fausses allégations» qu’il rejette en bloc. «Ce type d’ingérence est susceptible de nuire aux relations entre l’Algérie et l’Union européenne, car c’est une tentative de porter atteinte à la stabilité dont jouit notre pays par rapport à d’autres Etats européens», a soutenu le RND. Le Mouvement El Bina a exprimé, quant à lui, sa «grande inquiétude» face aux tentatives d’ingérence répétées dans les affaires internes de l’Algérie, condamnant «toute position ou tout acte attentatoire à la souveraineté nationale». Il a insisté sur la consolidation du front interne et l’attachement à la cohésion nationale en vue de protéger l’Algérie des menaces et des risques et de parachever et sécuriser le processus de transition nationale avec la contribution de tout un chacun. Selon le parti de Abdelkader Bengrina, le Parlement européen «aurait dû publier une résolution de dénonciation des menaces terroristes qui pèsent sur notre pays et le bassin méditerranéen en général en raison du paiement des rançons et la remise en liberté des terroristes, des actes prohibés par les décisions internationales». De son côté, le parti Sawt Echaab (Voix du peuple) a condamné également le contenu de la résolution qui comporte «des mensonges, des diffamations et une attaque flagrante contre l’Algérie avec l’intention manifeste de s’immiscer dans ses affaires sous le couvert de la défense des droits de l’homme», exprimant son rejet de ce contenu et «des rapports périodiques erronés qui tentent d’entamer la détermination des Algériens, dirigeants et peuple pour aller de l’avant vers l’édification d’un Etat d’institutions». Le Mouvement El-Islah a fait part aussi de sa vive indignation et de son rejet catégorique de la résolution, affirmant que celle-ci «sert des agendas géopolitiques traditionnels hostiles à l’Algérie» et que son contenu «est loin d’obéir à des exigences en matière d’objectivité, ce qui met à mal sa crédibilité et met à nu ses visées qui sont loin d’être innocentes». Une résolution qui intervient «dans une conjoncture marquée par des développements régionaux et internationaux préoccupants, durant lesquels les positions de l’Algérie, à travers les déclarations de son Président, ont été réitérées avec force en faveur des causes justes dans le monde, en tête desquels figurent les deux causes, la Palestine et le Sahara occidental», a ajouté la formation politique. Le mouvement a fustigé «le silence» du Parlement européen sur ces deux causes, lequel «fait fi des droits des peuples dans le monde et passe sous silence le pillage de leurs ressources et des potentialités de leurs sociétés auxquels se livrent certains Etats dont les députés siègent au sein du Parlement européen et regardent vers de nouvelles relations basées sur l’oubli du passé douloureux et sur l’acceptation du présent amer et de la limitation de l’ambition vers l’avenir». Sur le même sujet, le Mouvement de l’Entente nationale a indiqué que l’Algérie «n’a pas besoin de recevoir des leçons, de même que ses sacrifices lors de la glorieuse guerre de libération et les efforts qu’elle a consenti, toute seule, face au terrorisme lui ont valu une base vive pour préserver et assurer les libertés et les droits individuels et collectifs». Le Parlement européen «dicte encore une fois une série de mises en garde autour de ce qu’il appelle libertés et droits, bien qu’il est aveugle et sourd devant les violations dangereuses des droits de l’homme commises par-ci et par-là de par le monde, notamment au Sahara occidental et en Palestine», ajoute ce parti politique. A ce titre, les appels se multiplient pour consentir des efforts soutenus à même d’unifier le front interne à travers la mobilisation de l’opinion publique nationale et sa sensibilisation sur les objectifs inavoués des parties ennemies, la mobilisation de tous les acteurs sur la scène nationale pour déjouer les plans tendancieux. Ces mêmes acteurs de la classe politique se disent totalement confiants de l’entière conscience du peuple algérien et de sa profonde perception de l’ensemble des enjeux et des défis à relever durant cette période délicate et sensible que vit le pays, de même que sa disposition à mener à bien cette démarche nationale loyale et de sa parfaite compréhension. Les messages lancés récemment pour la consolidation du front interne en vue de faire face aux menaces externes qui pèsent sur la stabilité du pays, dénote de la gravité de la situation qui exige, aujourd’hui plus que jamais, plus de vigilance pour faire échec à tous les complots qui se trament contre notre pays. Une fois de plus, le peuple algérien est interpellé pour faire preuve de la plus grande vigilance  et soutenir l’engagement héroïque  de l’ANP et des forces de sécurité face au terrorisme et à toutes les formes de déstabilisation. Les forces de l’ANP ont réussi, en maintes occasions, à déjouer plusieurs tentatives d’infiltration de groupes terroristes lourdement armés.Le peuple est aussi invité à prendre conscience des véritables enjeux qui se cachent derrière les opinions et les commentaires, faits au nom de la liberté d’expression mais visant, en réalité, des objectifs autrement plus sournois, qui ciblent la stabilité et l’affaiblissement du système de défense et de sécurité nationale.

  1. Benslimane