Respect des délais, Bouchouareb met en garde  les responsables de Total

0
531

Les retards enregistrés dans les différents projets de l’industrie ne sont plus tolérables. Le ministre de l’Industrie et des mines Abdesselam Bouchouareb a indiqué aujourd’hui lors de sa visite de travail dans la wilaya d’Oran que dans la conjoncture actuelle « nous n’avons pas du temps » et que « chacun est tenu à respecter les délais ». Cette remarque est destinée pour tous les industriels qui accumulent des retards dans leurs projets. Le plus visé dans cette visite était le projet de la société française Total qui n’arrive pas encore à démarrer depuis trois ans. Une situation qui a piqué la colère du ministre.  « Vous devriez très vite réaliser ce projet », a t-il averti les responsables de l’entreprise française.  « Chacun a ces problèmes, nous devons arriver au même moment mais la y a un intervalle, et nous continuons toujours à importer des lubrifiants », a-t-il dit.  Bouchouareb a signalé que le pays a « besoin de celui qui est plus efficace, mais je ne peux pas attendre au moment où je continue à importer des lubrifiants de l’étranger y compris ceux de total ou d’autres ».  Pour être plus clair, le ministre de l’industrie a expliqué qu’aujourd’hui « soit vous allez jouer le jeu ou bien j’ouvre carrément à la concurrence, le message est clair » à t-il lancé. « C’est la dernière fois que je vous fais cette remarque » a encore insisté le ministre. Selon le responsable de projet de Total, le lancement est prévu durant le premier trimestre de cette année. «  Nous sommes à la fin de l’avis d’appel d’offre qui a été infructueux à deux reprises ce qui a été à l’origine de ce retard », a-t-il réagit.   Dans sa visite au quai qui est en réalisation au port d’Arzew, Bouchouareb a lancé aussi un autre avertissement à ceux qui ont bénéficié du foncier de la page l’État et tardent à lancer leurs projets. « Nous avons perdu beaucoup de temps avec vous et cela ne ce répétera jamais » à t-il précisé. Par ailleurs et dans la séderurgie, le ministre a inspecté l’extension du complexe sidérurgique de Tosyali à Betoioua, un projet qui  prendra fin cette année avec une capacité de production de 2,1 millions de tonnes. L’investissement de 1,3 milliards de dollars, permettra en premier temps, soit dans les cinq mois à venir, de produire environ un million de tonnes de rond à béton grâce à son laminoir qui sera prochainement réceptionné. Cependant, pour bien s’approvisionner, l’entreprise portuaire d’Arzew est entrain de construire un quai pour recevoir des navires qui vont importer en premier temps l’équivalent de 400 000 tonnes par an de minerai de fer. L’usine qui rentrera en plein production en 2019, produira 5,5 millions de tonnes. En ensemble, l’Algérie produira en cette année l’équivalent de 18 millions de tonnes d’acier avec ses différents complexes.