Restitution des archives de la Guerre et les crânes des résistants  algériens : « Un pas de la France vers la reconnaissance de son passé colonial » selon Hadjar

0
311

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la  Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a estimé, que  l’approbation par les autorités françaises de restituer les archives de la  Guerre de libération nationale et les crânes des résistants algériens  conservés au Musée de l’Homme de Paris était « un premier pas » vers la  reconnaissance du passé colonial de leur pays.

La reconnaissance par la France officielle de sa responsabilité dans  l’assassinat de Maurice Audin et l’approbation de restituer les archives de  la Révolution et les crânes des résistants algériens constituent « un  premier pas et une avancée qui devrait aboutir à la reconnaissance de tous  les crimes commis durant cette époque », a indiqué M. Hadjar lors d’un  hommage, à la Faculté centrale d’Alger, au chahid Maurice Audin, torturé  jusqu’à la mort en 1957 pour son soutien à la cause algérienne. Durant cette cérémonie marquée par la présence du fils du chahid Audin, le  ministre a affirmé que l’Algérie « ne demande que la reconnaissance par la  France de ses crimes » commis durant sa présence en Algérie. Professeur en mathématique à la Faculté centrale d’Alger avant son  enlèvement par les parachutistes français le 11 juin 1957, Maurice Audin a  choisi de « lutter aux côtés des Algériens  car il était convaincu de la  justesse de la cause algérienne », a soutenu le ministre. Il a souligné que la reconnaissance par la France officielle, en septembre  dernier, de l’assassinat de Maurice Audin était le fruit de la lutte de sa  famille, 60 ans durant, pour connaître la vérité et obtenir une  reconnaissance de la responsabilité de l’Armée française, durant la Guerre  de libération, dans la disparition, la torture et l’assassinat de milliers  d’Algériens et de Français anticolonialistes et sympathisants de la  Révolution. En plus de la baptisation de place jouxtant la Faculté centrale d’Alger et  l’Ecole nationale polytechnique d’Oran (ENPO) du nom du chahid Audin, le  ministère de l’Enseignement supérieur a institué, depuis des années, un  Prix Maurice Audin de mathématiques, en reconnaissance de ses sacrifices  pour l’Algérie. Le ministre a saisi cette occasion pour exhorter les étudiants à choisir  les mathématiques comme spécialité à l’Université, de par les « larges  perspectives de recrutement qui leur seront offertes, une fois diplômés ».  M. Hadjar a ajouté que le désintérêt des étudiants pour les mathématiques  constituait désormais un phénomène mondial pour plusieurs raisons, en  témoigne le choix des étudiants titulaires d’un baccalauréat en  mathématiques des sciences médicales ou de l’informatique à l’université. En Algérie, sur un total de 13 000 étudiants ayant obtenu le bac 2018 en  filière mathématiques, 8% seulement ont opté pour cette spécialité à  l’université, a rappelé le ministre, précisant que contrairement à ce qui  est rapporté les mathématiques sont utilisées dans tous les domaines et  secteurs et ouvre de larges perspectives de recrutement.

Yasmine Derbal