RPR: Le Rassemblement patriotique républicain exprime son soutien absolu à  l’INDM

0
100

 Le président du Rassemblement patriotique  républicain (RPR), Abdelkader Merbah, a affirmé, mardi à Alger, qu’en dépit  du soutien « absolu » de son parti à l’Instance nationale de dialogue et de  médiation (INDM), il doutait de sa capacité, en tant qu’instance de  médiation, à trouver des solutions.

« En dépit de son soutien +absolu+ à l’INDM, le RPR ne pense pas que cette  dernière détienne les solutions pour sortir de la crise actuelle, car étant  une instance de médiation seulement », a déclaré M. Merbah dans une  déclaration à la presse, à l’issue de sa rencontre avec l’INDM, présidée  par son coordinateur Karim Younes. Relevant l’absence d’une partie qui dialogue avec la classe politique,  partis et société civile, il a expliqué que « pour dialoguer, la partie  concernée, celle qui détient le pouvoir en l’occurrence l’institution  militaire, doit être présente », affirmant que « l’autorité  militaire doit  recouvrer la souveraineté nationale spoliée par l’ennemi historique afin de  remettre de l’ordre, une fois éradiqués les serviteurs à sa solde,  infiltrés dans les différentes institutions nationales ». Pour M. Merbah, c’est à l’institution militaire de mettre en oeuvre la  Déclaration du 1er Novembre qui appelle, a-t-il dit, à l’édification d’un  Etat démocratique social, souverain dans le cadre des préceptes de l’Islam. Par ailleurs, le chef de parti RPR a appelé la classe politique à « se  tenir en rang serré derrière » l’institution militaire lui permettant de  « mener à bien la transition démocratique et la remise du flambeau au  nouveau président élu ». Plaidant pour une série de réformes avant les élections, notamment « la  promulgation d’une loi pour la protection de la Révolution, l’amendement de  la Constitution, des Codes électoral et des partis ainsi que les lois  relatives à la Magistrature et à l’Information », M. Merbah a appelé à la  dissolution des partis pro pouvoir travers « la promulgation d’une loi  fixant les modalités de leur dissolution et la récupération des biens dont  ils ont abusivement bénéficié, outre leur privation de la participation aux   différentes élections pour crimes moraux et corruption », a-t-il soutenu. En fin, le président du RPR a appelé les manifestants à la vigilance,  affirmant que « l’Algérie était face à un problème d’affranchissement d’une  colonisation économique, culturelle et sociale ».

A.S