Sahara Occidental: La  question du Sahara occidental en marge du 12ème sommet de l’Union Africaine

0
191

 

Le mécanisme africain mis en place lors du sommet de Nouakchott, pour la recherche d’une solution au conflit du Sahara occidental se réunira en marge du 12ème sommet extraordinaire de l’Union africaine, a soutenu vendredi à Niamey (Niger), le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek.

Il s’agit de négociations « sans conditions préalables et de bonne foi en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations unies ».

« Le mécanisme va se réunir en marge de ce sommet. C’est une très grande responsabilité. Le Maroc continue d’occuper une partie d’un territoire d’un pays membre de l’UA illégalement », a-t-il indiqué dans une déclaration à l’APS, en marge de la tenue de la 35ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, préparatoire au sommet extraordinaire de l’UA, prévu le 7 juillet.

Pour lui, il faut que le mécanisme, œuvre, comme le demande d’ailleurs l’UA, en collaboration avec les Nations unies, pour mettre fin à ce conflit, « qui ne peut se terminer qu’avec la fin de l’occupation marocaine, d’une partie du territoire de la République sahraouie ».

Il a affirmé qu’il revenait au mécanisme d’arrêter une date pour la tenue d’un référendum d’autodétermination, en collaboration avec l’ONU, ajoutant que le sommet doit prendre « des mesures coercitives contre le Maroc qui bloque la tenue du référendum et continue d’occuper illégalement » une partie du territoire du Sahara occidental.

Le mécanisme africain permettant à l’UA d’apporter un « appui efficace » au processus conduit par l’ONU, basé sur les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en vue de parvenir à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, a été adopté par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement tenue en juillet 2018 à Nouakchott.

Il a été adopté suite au rapport élaboré par le président de la commission de l’UA, Moussa Faki, et dans lequel il a été rappelé que le Sahara occidental et le Maroc doivent reprendre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’ONU.

Il s’agit de négociations « sans conditions préalables et de bonne foi en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations unies ».

Dernière colonie en Afrique, le Sahara occidental a été occupé par le Maroc en 1975 après le départ des troupes espagnoles, et reste à ce jour inscrit à l`ONU au chapitre des territoires à décoloniser, selon les règles du droit international en la matière.