Sahara Occidental : Le Maroc et la pratique de la fuite en avant

0
562

Le gouvernement sahraoui a affirmé que le souverain marocain, le roi Mohamed VI a adopté dans son dernier discours «un langage méprisant» concernant la cause du Sahara Occidental, soulignant que son allocution était «une preuve de la fuite en avant» face aux exigences de la légalité internationale et les résolutions de l’ONU.

«Les propos du roi du Maroc dénotent une fuite en avant face aux exigences de la légalité internationale et aux résolutions de l’ONU et un atermoiement explicite quant à l’application de la dernière décision du Conseil de sécurité onusien pour entamer dans l’immédiat les pourparlers directs avec le Front Polisario», a indiqué l’Agence de presse sahraouie (SPS) citant un communiqué du ministère sahraoui de l’Information rendu public, ce dimanche. «Nul ne peut nier cette réalité quant à l’occupation du Sahara occidental par le Maroc depuis le 31 octobre 1975», a précisé le communiqué du ministère. «Le caractère militaro-policier répressif de l’occupant marocain est une preuve, notamment dans l’embargo imposé sur les terres de la République sahraouie, la répression de toutes les manifestations sahraouies pacifiques se poursuit ainsi que le renvoi systématique des observateurs internationaux et la prolifération intensifiée des forces marocaines, militaires et civiles, armée, policiers et forces assistées, outre, les peines iniques contre les détenus du groupe Gdeim Izik», a ajouté le communiqué.

Le gouvernement de la République sahraouie et le Front Polisario réitèrent leur condamnation de cette «position dangereuse» qui «ne sert pas l’orientation du secrétaire général de l’ONU tendant à créer une nouvelle dynamique pour le règlement du conflit», appelant dans le même contexte l’ONU à assumer son entière responsabilité et reprendre immédiatement ses efforts pour mettre fin au statut quo et à la politique marocaine de déstabilisation. Le gouvernement sahraoui a demandé l’application urgente du plan de règlement ONU-OUA de 1991 à même de permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination et à l’indépendance.

Certaines parties entravent le règlement pacifique de la question

D’autre part, le membre du secrétariat national du Front Polisario et coordonnateur sahraoui avec la Minurso, M’hamed Kheddad a affirmé que «les intérêts politiques de certaines parties, à leur tête la France» bloquaient l’action du Conseil de sécurité et entravaient le règlement pacifique du conflit au Sahara occidental, d’autant que la question sahraouie figure depuis plusieurs décennies sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes. Intervenant lors d’une conférence sur le rôle de la Grande Canarie dans le contrôle des richesses sahraouies spoliées, M’hamed a fustigé «le soutien français inconditionnel au régime marocain, qui, a-t-il dit, jouit de la qualité de membre au Conseil de sécurité, grâce au protectorat français», rappelant l’arsenal de résolutions et de décisions portant sur la question sahraouie promulgué par l’Assemblée générale de l’ONU, la commission de décolonisation et le Conseil de sécurité. Par ailleurs, le responsable sahraoui a indiqué que la Minurso «n’a pas avancé d’un pas», depuis sa création en 1991, en ce qui concerne la réalisation des objectifs pour lesquels elle a été créée, ajoutant que «les violations des Droits de l’Homme dans les territoires occupés et le tarissement des ressources naturelles sont commis au vu et au su de tous, dans l’inertie totale».

Evoquant les mesures d’escalade prises dernièrement par le Maroc, le responsable sahraoui a dit qu’elles «éveillent en lui un sentiment d’amertume et de désespoir» rappelant que «l’occupation marocaine opte toujours pour la politique de la fuite en avant à chaque fois qu’elle essuie un échec au niveau international», notamment en déclenchant la crise      d’El Guerguerat qui a failli déclencher une guerre, après que les espoirs du Maroc d’exclure la RASD de l’UA sont partis en fumée et l’annulation de l’annexion des eaux territoriales sahraouies aux eaux marocaines, dans l’arrêt de la CJUE prévoyant que l’accord de libre-échange UE-Maroc n’était pas applicable au Sahara occidental. «L’arrêt qui stipule clairement que l’accord en question n’était pas applicable au territoire du Sahara occidental, qui est une partie à part entière, est une affirmation franche que le Maroc n’avait aucune souveraineté sur le Sahara occidental», a-t-il affirmé, soulignant que les tentatives visant à contourner l’arrêt de la CJUE «sont vaines car elles ne reposent sur aucun fondement ou règle juridique et que la présence du Maroc au Sahara occidental ne peut être qualifiée que d’occupation illégale».

A cet effet, le responsable sahraoui a appelé toutes les sociétés européennes à cesser les activités économiques illégales au Sahara occidental. Les participants à cette conférence ont animé un dialogue via satellite avec le président de l’Observatoire pour la protection des ressources naturelles du Sahara occidental (WSRW), Erik Hagen, a indiqué l’Agence de presse sahraouie (SPS). Ont également pris part à cette conférence, l’avocat du peuple sahraoui qui l’a défendu devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), des parlementaires, des avocats français et espagnoles, le président de la Fédération nationale des institutions solidaires avec le Sahara occidental, Carmelo Ramirez, le représentant du Front Polisario aux Iles Canaries, Mansour Hamdi ainsi que des membres de la communauté sahraouie dans cette île.

Le Conseil municipal de la Grande Canarie et à sa tête les groupes politiques de Nouvelles Canaries et du parti socialiste (PSOE) avait rejeté au cours de sa séance plénière tenue vendredi la décision du Maroc de délimiter sa frontière maritime devant les Iles Canaries en intégrant les eaux du Sahara occidental. Dans sa motion, le Conseil de la Grande Canarie a souligné que le gouvernement du Maroc enfreint gravement le droit international puisque les eaux territoriales du Sahara occidental ne relèvent pas de sa souveraineté, car il est considéré comme un territoire non autonome occupé illégalement par le Maroc. Il souligne également que la décision marocaine «viole plusieurs résolutions telles que la résolution 1514 de l’ONU qui reconnaît le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et plusieurs autres résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui reconnaissent le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui outre, l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne qui a exclu des accords commerciaux entre l’UE et le Maroc, qui ne sont pas applicables au Sahara occidental». «Ces violations répétées du droit international, a expliqué Ramirez, exigent une réponse de l’ONU et l’UE, qui doivent forcer le gouvernement marocain à être respectueux des règles». Le Conseil de la Grande Canarie demande au gouvernement espagnol de «dénoncer cette situation et forcer le Maroc à se conformer au droit international». La motion approuvée exhorte également le gouvernement des Iles Canaries.

Le gouvernement irlandais affirme sa volonté de se conformer à la décision de la CJUE concernant le Sahara occidental

Le gouvernement irlandais a affirmé sa volonté de se conformer à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), qui exclut le territoire du Sahara occidental des accords de partenariat UEMaroc, estimant que la décision de la Cour est conforme à la position de l’Irlande en faveur du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Dans une réponse du ministère irlandais des Affaires étrangères concernant les préoccupations exprimées par le Front Polisario concernant l’accord d’association UE-Maroc, le gouvernement irlandais a expliqué qu’«en raison de la décision de la Cour, le Conseil de l’UE a autorisé en mai 2017, la Commission européenne d’ouvrir des négociations sur l’adaptation des protocoles à l’accord d’association et la modification de ses protocoles pour prévoir le traitement des produits en provenance du Sahara occidental.

Pour le ministère irlandais des Affaires étrangères, «il s’agit d’une question très complexe qui devra consister à trouver un moyen de concilier des questions pratiques telles que la certification de l’origine des marchandises, des questions de principe relatives au consentement du peuple du Sahara occidental». Dans ce contexte, le gouvernement irlandais a exigé que tout accord conclu par l’UE devra être cohérent avec le droit de l’UE, y compris le jugement de la Cour du 21 décembre 2016.

La CJUE avait jugé que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts, relevant de souverainetés distinctes, et compte tenu de ce statut garanti au territoire du Sahara occidental par la Charte des Nations unies, la Cour a souligné dans son arrêt qu’«il ne peut y avoir aucune exploitation économique au Sahara occidental sans le consentement du peuple sahraoui.

Un sénateur exige des explications sur l’utilisation du sable sahraoui dans une plage espagnole

Le sénateur de la gauche unie espagnole au sein du groupe parlementaire Unidos Podemos, Inaki Bernal, a demandé au gouvernement de l’Espagne des «explications» sur l’utilisation du sable provenant du Sahara occidental dans la plage de Tauro en Grande Canarie. Le sénateur a indiqué, dans un communiqué, que «cette situation est contraire à l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne qui a bien clarifié que les accords de commerce entre l’UE et le Maroc excluaient les ressources naturelles du Sahara occidental occupé». Bernal a en outre, souligné qu’il a une série de questions qu’il va poser au gouvernement afin d’avoir des explications sur l’utilisation du sable des territoires occupés du Sahara occidental pour des travaux réalisés dans la plage de Tauro en Grande Canarie».

Tout en rappelant que la Cour de justice de l’Union européenne «avait clairement signifié dans son arrêt de décembre 2016 que les accords commerciaux entre l’UE et le Maroc n’incluaient pas les ressources du Sahara occidental et qu’aucune transaction commerciale ne doit se faire sans le consentement du peuple sahraoui, le Maroc continue d’exploiter ces ressources enfreignant le droit international», a-t-il dit. L’«utilisation du sable sahraoui vendu par le Maroc, pour des travaux à la plage de Tauro est absolument contraire ? l’arrêt de la CJUE», a ajouté le parlementaire. Pour le sénateur, «il est clair que l’Espagne a une responsabilité historique indéniable envers le peuple sahraoui», et la gauche unie espagnole, a-t-il poursuivi, «veillera à ce que le droit international soit appliqué pour protéger et respecter les Sahraouis». «Ce n’est ni éthique, ni moral que des sociétés de droit espagnol continuent de bénéficier de ressources exploitées par le gouvernement marocain dans un territoire occupé», a-t-il conclu. Dans une enquête, le journal britannique The Guardian a souligné récemment que le projet de couvrir la plage rocheuse de Tauro avec 70 000 tonnes de sable a été réalisé «au mépris du droit international et au détriment de la dernière colonie africaine, le territoire occupé du Sahara occidental».

Le journal précise que la Cour internationale de justice «affirme clairement que les ressources naturelles d’un territoire occupé ne peuvent être exploitées par l’occupant,       à moins qu’elles profitent à la population locale».