Sahara Occidental: Le Maroc et le Polisario croisent le fer au Parlement panafricain à Midrand

0
55

La municipalité sud-africaine de Midrand, à mi-chemin entre Pretoria et Johannesburg, accueille du 6 au 18 mai, les débats de la deuxième session ordinaire du Parlement panafricain (PAP) dédiée cette année, principalement à la situation des réfugiés et déplacés sur le continent africains, et dont le nombre est estimé à 6,3 millions d’après l’Observatoire mondial des situations de déplacements internes.

C’est un sujet très sensible  qui risque à coup sûr, de donner lieu, selon les observateurs, à des altercations entre les cinq parlementaires du Maroc au sein du PAP et les représentants du Polisario, surtout que la rencontre se tient sur le sol de l’Afrique du Sud qui est aux côtés de l’Algérie, l’un des fervents défenseurs des thèses séparatistes du front sahraoui.

La réunion sera donc, l’occasion pour les parlementaires marocains de croiser le fer avec les représentants du Polisario sur les questions en rapport avec le Sahara occidental.

Au menu de cette session, figure l’examen du rapport d’activités et le plan d’action du parlement pour la période 2018-2023, l’exécution de son budget pour l’année 2019 et 2020 en plus des débats du thème principal qui s’articule autour des solutions aux problèmes des réfugiés et déplacés internes sur le continent africain.

Les cinq afro-députés marocains ne rateront pas l’occasion pour plaider en faveur d’un recensement des habitants sahraouis des camps de Tindouf par les agences spécialisées de l’ONU, comme l’exigeait le Conseil de Sécurité dans sa toute dernière résolution n°2468 sur le conflit du Sahara occidental.

Les parlementaires marocains devraient également appeler les Nations unis à s’investir davantage dans la protection des Sahraouis retenus contre leur gré dans les camps .Ils soulèveront à ce titre la problématique des détournements récurrents des aides humanitaires internationales au détriment du bien-être des populations bénéficiaires qui sont souvent contraintes de vivre dans la précarité absolue en l’absence de toute autre source de revenu.

La résolution 2468 du Conseil de sécurité de l’ONUconsacre la “solution politique’’

La résolution 2468, qui a prorogé de six mois le mandat de la Minurso, a clairement ignoré la notion de “l’autodétermination”, qui y a été mentionnée une seule fois, et a retiré ostensiblement, à l’image des dernières résolutions, toute référence au terme “référendum”, note le Conseil dans un communiqué.

Cette résolution, adoptée le 30 avril à une large majorité, a également réitéré l’appel du Conseil de sécurité pour avancer vers la recherche d’une solution “réaliste, pragmatique, durable et basée sur le compromis”.

 

De l’avis de ce Conseil, la résolution 2468 onusienne constitue “un avant et un après”, et consacre la “solution politique” au conflit du Sahara avec l’”implication des quatre parties concernées : le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Front Polisario”.
L’écrivain et analyste politique Ricardo Sánchez Serra, président du Conseil péruvien de solidarité avec la RASD, avait récemment appelé le polisario à saisir l’”occasion historique” que lui offre le processus politique de l’ONU et accepter le plan  proposé comme solution à ce conflit.

mobiliser autour du Front Polisario et  à s’attacher à l’unité

Appelle à se mobiliser autour du Front Polisario et  à s’attacher à l’unité nationale

Le directeur  national, conseiller au secrétariat de l’organisation politique du Front  Polisario, Ibrahim Essalem Azzrouk, a appelé le peuple sahraoui à se mobiliser autour du Front Polisario, seul et unique représentant légitime  du peuple sahraoui, et à s’attacher à l’unité nationale, en tant que choix stratégique pour tous les Sahraouis.

La déclaration de M. Azzrouk intervient à l’occasion du début de la  célébration du 46ème anniversaire de la création du Front Polisario, jeudi  à Boujdour.

Le responsable sahraoui a appelé, à cette occasion, le peuple sahraoui à  « se mobiliser autour du Front Polisario, son seul et unique représentant légitime, et à s’attacher à l’unité nationale, en tant que choix  stratégique pour tous les Sahraouis », a indiqué l’Agence de presse sahraouie (SPS).

Cette manifestation a été marquée par la distinction de plusieurs cadres  du Front Polisario ayant reçu une formation lors de la période précédente,  et ce en guise de leurs efforts consentis.

Selon SPS, Le secrétariat de l’organisation politique a tracé un programme  pour la célébration du 46ème anniversaire de la création du Front Polisario à travers les différentes wilayas.

 

Condamnation de l’implication de l’Espagne et l’UE dans la politique expansionniste du Maroc

 

L’adoption par le Parlement européen de l’accord de pêche UE-Maroc incluant les territoires et les eaux territoriales sahraouis a suscité la condamnation du Gouvernement sahraoui et du Front Polisario qui ont affirmé dans un communiqué, publié par SPS que la décision de l’EU constitue « une violation flagrante du droit international, du droit humanitaire international et du droit européen, notamment les arrêts rendus à ce sujet par la Cour de justice Européenne (CJUE) ».

Le communiqué dénoncé également « la position espagnole alignée sur la position française au niveau de l’UE et qui a été derrière l’entérinement de l’accord UE- Maroc par le Parlement européen, et ce, une journée avant la visite du Roi d’Espagne au Maroc ».

Pour le ministère sahraoui de l’Information, « une telle position constitue un appui, un encouragement, un laisser faire, voire une complicité de la part de l’Espagne et de l’UE quant aux pratiques d’invasion, d’agression, d’expansion et des graves violations des droits de l’Homme perpétrés par l’Etat d’occupation marocain à l’encontre des civils sahraouis et le pillage des ressources naturelles sahraouies ».

Le Front Polisario, rappelle-t-on, avait auparavant réagi à la décision du Parlement européen prise, lundi soir, en affirmant que « le peuple sahraoui et le Front Polisario » s’opposeront de toutes leurs forces à la mise en application de ces accords iniques ».

« une fenêtre d’opportunité  » pour le règlement du conflit

Le Polisario a indiqué qu’il « incombe » au Front Polisario de « protéger son territoire comme ses ressources des convoitises et des pillages « .

« L’UE, par sa complicité avec le Maroc, est comptable d’une situation grave. N’eût été cette complicité, le conflit sahraoui aurait été réglé depuis longtemps par la communauté internationale », a-t-il estimé.

La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), qui avait statué en février 2018 et en décembre 2016 sur le non applicabilité des accords commerciaux UE-Maroc au Sahara occidental occupé, désigné dans ces arrêts en tant que territoire « distinct » et « séparé » ne relevant pas de « la prétendue souveraineté marocaine ».Aucun accord UE-Maroc ne peut inclure le Sahara Occidental sans le consentement du peuple sahraoui, à travers son représentant reconnu par l’ONU, le Front Polisario, avaient conclu la CJUE.

Par ailleurs, le Gouvernement sahraoui a réitéré sa condamnation du « rôle primordial et honteux » des Gouvernements espagnols successifs dans le soutien et l’encouragement de l’occupation et l’invasion militaire marocain illégale avec tout ce que cela suppose comme crimes ignominieux à travers la tentative d’extermination d’un peuple démuni et pacifique, en recourant aux massacres les plus féroces y compris par l’utilisation du napalm et du phosphore blanc, interdits au niveau international »,  rapporte SPS.

A ce propos, le Gouvernement sahraoui a appelé le Souverain espagnol à presser le Maroc d’accélérer la résolution du conflit au Sahara Occidental, conformément à la charte et aux résolutions de l’ONU et de l’UA, afin de permettre au peuple sahraoui d’exercer ses droits légitimes à la liberté et à l’indépendance, de contribuer à l’instauration de la paix durable et de renforcer les opportunités de complémentarité et d’une véritable coopération dans la région et entre elle et l’Europe et le reste du monde.

Il lance également un appel au Roi d’Espagne pour amener l’Etat d’occupation à lever le blocus imposé aux territoires sahraouis occupés et à « cesser ses flagrantes violations aux droits de l’homme et le pillage des ressources naturelles » et à « libérer les détenus de Gdeim Izik et tous les prisonniers politiques sahraouis, croupissant dans geôles marocaines »

Le Gouvernement sahraoui exhorte, en outre, le Roi Philipe VI à mettre à profit sa visite au Maroc pour l’encouragement du processus onusien de règlement du conflit au Sahara Occidental et le soutien des efforts de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU, Horst Kohler, notamment pour la réussite des pourparlers directs entre les deux parties (le Maroc et le Front Polisario).

                                                                                      

 Ahsene Saaid/ SPS