Sahara occidental: « l’impératif de faire face à tous les défis’’

0
86

 

La situation politique et les  prochaines échéances sahraouies sont les principaux axes de la réunion du  Conseil des ministres de la République arabe sahraouie démocratique (RASD),  présidée samedi par le Président Brahim Ghali, Secrétaire général du Front Polisario, indique l’Agence de presse sahraouie (SPS).

Le Conseil des ministres a examiné « des questions internes et externes »,  mettant l’accent sur « la situation politique et sécuritaire, la préparation  des prochaines échéances dans le cadre du programme d’été ainsi que les derniers développements que connait la cause nationale sahraouie », a  précisé la même source.

Intervenant à l’ouverture de la réunion, M. Ghali a mis en avant « la  nécessité de la participation de toutes les institutions nationales sahraouies au programme d’été et de la mobilisation pour faire face à la  guerre psychologique menée par l’ennemi marocain en vue de dissuader les Sahraouis de leur lutte juste pour la liberté et l’indépendance ». Selon SPS, le Secrétaire général du Front Polisario a relevé en outre  « l’impératif de faire face à tous les défis aux à travers toutes les composantes du peuple sahraoui », à l’instar de ceux des territoires occupés qui mènent une Intifada pour l’indépendance. Se félicitant de la poursuite de la résistance, des défis relevés, du  renforcement du front interne, du développement du combat et de la lutte contre les intrigues des ennemis », le résident de la RASD a soutenu que « les Sahraouis ne renonceront point à leur droit légitime à la liberté et à l’indépendance.

Les associations dénoncent les crimes de guerre perpétrés au Sahara occidental occupé  

Les associations de la communauté sahraouie en  France et dans les pays du nord ont dénoncé la poursuite par l’occupation  marocaine de la perpétration de crimes de guerre au Sahara Occidental,

réclamant la poursuite des personnes impliquées dans ces actes criminels  devant les tribunaux internationaux compétents.

Les associations ont appelé à l’impératif de redoubler de vigilance sur la  situation catastrophique des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et à élargir le mandat de la Minurso à la surveillance  des droits de l’Homme, a indiqué un communiqué de ces associations.

Réitérant leur appel à toutes les organisations des droits de l’Homme pour  faire pression sur la communauté internationale, particulièrement la France et leur faire imputer la pleine responsabilité des formes de  répression systématique et dangereuse subies par la région, des formes de répression classées par le droit international humanitaire parmi les crimes  de guerre, les associations de la diaspora sahraouie ont souligné la nécessité de veiller à ouvrir les territoires occupés du Sahara occidental aux observateurs et à la presse internationale pour constater les crimes  odieux perpétrés contre les civils sans défense, notamment les activistes des droits de l’Homme et les journalistes.

Elles ont salué, par ailleurs, la résistance du peuple sahraoui dans les  villes occupées et le sud du Maroc, réitérant leur solidarité immuable et inconditionnelle avec la résistance nationale jusqu’au recouvrement de la  liberté et de l’indépendance du peuple sahraoui.

Samedi, les autorités d’occupation marocaine avaient arrêté et interdit à  un groupe d’activistes et de défenseurs des droits de l’Homme de se rendre de Laâyoune occupée à la ville de Smara pour rendre visite à Salah Lebsir,  un détenu politique sahraoui libéré. Vendredi, les forces de l’occupant

marocain avaient arrêté quatre jeunes sahraouis qui tentaient de se rendre  au domicile de Salah Lebsir.

Il convient de rappeler que les forces de l’occupant marocain imposent un  blocus répressif intense sur le ville occupée de Smara, parallèlement à la libération du détenu politique sahraoui, Salah Abdallah Lebsir.  

Devant cette situation, le Front Polisario s’est adressé à plusieurs  instances onusiennes sollicitant leur intervention en vue de mettre un  terme à la brutalité de l’occupation marocaine et à la politique d’impunité.     

« La patience et la confiance de notre peuple sahraoui dans le processus de  paix des Nations Unies s’épuisent de jour en jour, tant que rien n’est entrepris, dans les plus délais, pour remédier à la situation « , a mis en  garde le Front Polisario par le truchement de son représentant auprès de l’ONU dans des écrits adressés à M. Clin Stewart, représentant spécial du  Secrétaire général de l’Onu au Sahara Occidental, aux sous-secrétaires adjoints de l’Onu en charge des affaires politiques et des opérations de maintien de la paix, ainsi qu’aux membres du Conseil de sécurité.

« Il est devenu impératif que l’Onu, par le biais de sa mission sur le  terrain, prenne les mesures nécessaires pour mettre un terme aux brutalités  et l’impunité des autorités marocaines qui continuent de violer les droits fondamentaux des civils sahraouis dans les territoires occupés », a affirmé  le diplomate sahraoui

Face à la répression des sahraouis à Smara le Polisario saisit les instances de l’ONU

Le Front Polisario a saisi les instances de l’ONU suite à la répression brutale de jeunes sahraouis à Smara par les forces de sécurité marocaines, alors qu’ils fêtaient la libération du détenu politique sahraoui, Salah Abdallah Lebsir.

Le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU, Mohamed Sidi Omar, a adressé samedi une lettre de dénonciation au chef de la Minurso, Colin Stewart, aux sous secrétaires adjoints de l’ONU en charge des affaires politiques et des opérations de maintien de la paix et aux membres du Conseil de sécurité.

Les forces de l’ordre marocaines et des agents paramilitaires ont fait preuve d’une  » barbarie qui parle d’elle-même et se passe fort bien de tout commentaire », a dénoncé le diplomate qui a accompagné sa lettre d’un enregistrement vidéo montrant des jeunes sahraouis brutalisés par les forces de sécurité marocaines.

« Malheureusement, ces pratiques terroristes sont perpétrées dans un black-out médiatique total » imposé aux territoires sahraouis occupés où des journalistes et défenseurs des droits de l’homme sahraouis sont « persécutés et détenus de façon arbitraire », a-t-il déploré.

  1. Sidi Omar a cité le cas de Nezha El Khalidi, arrêtée le 4 décembre 2018, alors qu’elle diffusait, en direct sur Facebook, une scène de rue au Sahara occidental occupé dénonçant la répression des manifestants sahraouis.

Rappelant les recommandations du secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport sur le Sahara Occidental, le représentant sahraoui a souligné l’urgence de mettre en place une surveillance indépendante des droits de l’homme dans les territoires occupés.

Dans ce rapport, le chef de l’ONU a estimé qu’ »une surveillance indépendante, impartiale, globale et durable de la situation des droits de l’homme est nécessaire pour garantir la protection des sahraouis » dans les territoires occupés.

Le diplomate affirme qu’ »il est devenu impératif que l’ONU, par le biais de sa mission sur le terrain, prenne les mesures nécessaires pour mettre fin aux brutalités et l’impunité des autorités marocaines  » qui violent les droits humains fondamentaux des sahraouis dans les territoires occupés.

« Notre peuple a beaucoup souffert et sa patience et confiance dans le processus de paix des Nations Unies s’épuisent de jour en jour », indique-il. (SPS)

Par ailleurs, le président sahraoui, Brahim Ghali a  mis en avant la détermination du peuple sahraoui a consentir davantage de  sacrifices pour parachever la souveraineté de la République arabe sahraouie  

et démocratique (RASD) sur l’intégralité du territoire national, soulignant  que les politiques d’intransigeance et d’obstruction de l’occupant n’entameront pas la volonté des Sahraouis à poursuivre leur lutte pour la  liberté et l’indépendance.

Président le Conseil des ministres au siège de la présidence de la  République, le Président Brahim Ghali, Secrétaire général du Front Polisario a affirmé que la lutte du peuple sahraoui pour recouvrer ses  droits légitimes à la liberté et à l’indépendance « se poursuivra, en toutes circonstances, et ne pourra être freinée par les politiques d’intransigeance et les manoeuvres d’obstruction menées par l’occupant  marocain ».

« Fort du courage de ses jeunes et de la conscience qui anime ses  différentes franges, le peuple sahraoui appuyé par son armée, est prêt  aujourd’hui et demain a consentir davantage de sacrifices en vue de parachever la souveraineté de la RASD sur l’ensemble de son territoire  national » a souligné Brahim Ghali.

                                                                               Ahsene Saaid/SPS