Saïd Djellab, en marge de l’ouverture de cette manifestation internationale : «L’Assihar, un rendez-vous incontournable pour le développement des régions frontalières et du commerce avec les pays voisins»

0
247

La relance de l’Assihar s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des régions frontalières et du commerce avec les pays voisins, a indiqué, hier à Tamanrasset, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, en marge de l’ouverture de cette manifestation internationale.

«La relance de la manifestation internationale de l’Assihar s’insère dans le cadre de la stratégie du gouvernement visant le développement des régions frontalières, la réalisation de la stabilité et la sécurité sociale et économique de la population locale, ainsi que le renforcement du commerce avec les pays voisins», a affirmé Djellab. «Il s’agit de conférer une dimension internationale à cette manifestation commerciale et économique qui a pour objectifs la promotion de la coopération et des échanges commerciaux avec les pays voisins, ainsi que l’ouverture de perspectives d’investissement aux promoteurs algériens dans certains secteurs dont ont besoin ces pays», a-t-il ajouté. Accompagné du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, et des ministres du Commerce du Mali et du Niger, d’hommes d’affaires des deux pays et de l’Algérie, Djellab a plaidé pour la coopération et l’échange d’expériences dans les domaines commercial,  économique et industriel avec les pays voisins, qui seront couronnés par la signature de conventions avec ces deux pays voisins. «La manifestation de l’Assihar sera organisée annuellement et servira de plateforme pour l’accroissement du volume des échanges commerciaux avec les pays voisins et la promotion du commerce de troc», a souligné le ministre du Commerce. Le représentant résident de la Banque Mondiale auprès de l’Algérie, Demba Ba, a, de son côté, évoqué les grands challenges des échanges commerciaux et économiques entre les pays du Sahel, avant de mettre l’accent sur la nécessité de «booster la dynamique économique dans le cadre de programmes et stratégies à adopter par les pays du Sahel, ainsi que la sécurisation des transferts de capitaux en tant que priorité pour la dynamisation des échanges». Le ministre nigérien du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion du secteur privé, Saâdou Sidou, a évoqué, quant à lui, les relations de fraternité et de coopération entre l’Algérie et le Niger, soulignant que l’Assihar jouait «un rôle dans la promotion des échanges commerciaux entre les deux pays. La relance de cet évènement contribuera à redonner un nouveau souffle aux échanges commerciaux et économiques». Le ministre malien du Commerce, de l’Industrie et de la Concurrence, Alhassane Ag Ahmad, s’est, pour sa part, félicité des relations historiques fraternelles entre l’Algérie et le Mali, et a appelé à promouvoir et accroître le volume d’échanges commerciaux et économiques entre les deux pays, avant de saluer l’important rôle territorial assumé par l’Algérie et ses efforts dans la réalisation de la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel. La manifestation de l’Assihar (10-20 mars) regroupe quelque 85 entreprises nationales, versées dans 13 secteurs d’activités, dont l’industrie lourde et l’industrie de transformation, venues exposer une gamme variée de produits de haute qualité, ont indiqué les organisateurs. Le PDG de la société algérienne des expositions et de l’exportation (Safex), Tayeb Zitouni, a présenté l’Assihar comme «une opportunité pour les entreprises économiques nationales d’explorer des opportunités d’investissement dans les pays voisins, notamment dans les produits qui connaissent une autosuffisance en Algérie». L’Assihar, qui a vu l’exposition d’une panoplie de produits nationaux et d’autres importés dans le cadre du commerce de troc, se poursuivra avec l’animation, par des universitaires et des économistes, de communications afférentes aux voies de promotion et d’intégration économique entre les pays du Sahel, le rôle de l’Assihar dans le développement des relations économiques algériennes et africaines, le commerce du troc, ainsi que les perspectives du commerce extérieur vers l’Afrique, via Tamanrasset. Le programme de cette manifestation prévoit, en marge des expositions, diverses activités culturelles, sportives et artistiques pour animer la scène locale durant toute la période de cette manifestation commerciale et économique internationale.

Souad T.