Santé des aéroports en Afrique: L’Algérie parmi les meilleurs performeurs

0
1423

Le Conseil international des aéroports s’est réjoui durant la conférence qui s’est tenu à Port-Louis de la reprise de la croissance dans les aéroports africains, après une contraction de 1 % l’année dernière, principalement due aux conflits et à l’épidémie d’Ebola.

Après une baisse enregistrée l’an dernier, le mouvement des passagers repart sur le continent africain en 2017. Le Conseil international des aéroports, qui s’est réuni à Maurice la semaine dernière, constate une croissance de 5,4 % pour cette année. Les moteurs ont été entre autres la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie et Maurice. Le Conseil international des aéroports prévoit une incidence économique positive induisant des débouchées pour les métiers de l’aviation. S’exprimant au sujet des perspectives de cette relance et de sa tendance à se figer, Stefano Baronci directeur du département économique du Conseil international des aéroports a déclaré « En Afrique, on a une situation de libéralisation du ciel qui est encore dans sa phase primordiale ». En effet, le trafic passager a augmenté de 5,4 % durant les sept premiers mois de l’année, mais cette relance risque de se figer à 4 % faute d’ouverture. Notant« Et cela empêche le processus de croissance au niveau concurrentiel et l’amélioration des services ».

L’Algérie parmi les meilleurs performeurs du continent avec une augmentation du taux de croissance de 10 %

La santé des aéroports se mesure par le trafic passager. Les meilleurs performeurs du continent sont la Côte d’Ivoire, +19 % de croissance, l’Éthiopie +13 %, l’Algérie et Maurice +10 %. Maurice, qui malgré son éloignement des grands centres économiques participe à la croissance africaine. L’Algérie n’est pas en reste en matière de modernisation de ses infrastructures aéroportuaires, et l’état d’avancement des travaux de l’infrastructure du nouvel aéroport d’Alger, est estimé à un total de 75%, augurant la livraison du projet dans les délais prévus, à savoir vers la fin 2018. Le projet du nouvel aéroport international Houari Boumediene sera d’une capacité d’accueil de 10 millions de voyageurs par an. La nouvelle aérogare constituera le troisième terminal de l’aéroport de Houari Boumediene, et sera une structure à la hauteur des attentes des voyageurs. Egalement pourvu d’une station ferroviaire dont le délai de livraison est programmé pour juillet 2018, date qui coïncide avec l’ouverture de la nouvelle structure aéroportuaire. Pour rappel, ce projet de l’aérogare, dénommé « Aérogare Ouest », est d’un coût prévisionnel de réalisation de 74 milliards de dinars. Il est scindé en trois lots: l’aérogare passagers, le parking véhicules et voies de circulation et le parking avions et voies de circulation. Pour ce qui est de l’aérogare passagers, elle s’étalera sur 192.124 m2 et sera composée d’un bâtiment central et d’une jetée principale. Comportant cinq (5) niveaux, cette structure se compose de 120 banques d’enregistrement, 9 tapis roulants, 37 escaliers mécaniques 54 ascenseurs et 12 carrousels de récupération des bagages à raison de 1.800 bagages/heure. Cette structure a atteint actuellement un état d’avancement de 83%. Pour ce qui est du parking véhicules et voies de circulation dont le contrat de réalisation a été signé en décembre 2016, il comportera un système d’accès et un parking d’une capacité de 4.500 places de stationnement desservant le nouveau terminal passager. Waheeda Serally chef de département du centre de formation G2ACAMAS anticipe un renouvellement en masse du personnel aéroportuaire sur le continent. Des débouchés existeraient dans une cinquantaine de métiers aéroportuaires. A commencer par les agents d’enregistrements, les agents de piste ensuite les superviseurs et les gestionnaires.