Santé: Le projet de loi sanitaire devant le Conseil de la nation

0
192

Le projet de loi relatif à la santé est  présenté ce matin devant les membres du Conseil de la nation, après son  adoption en avril dernier par l’Assemblée populaire nationale (APN).

Le projet de loi relatif à la santé vise à réformer et moderniser le système national de santé, en tenant compte des «profondes mutations» ayant  touché l’ensemble des activités de la vie politique, économique et sociale  du pays, selon l’exposé des motifs de ce projet de loi. Ces mutations impliquent pour le secteur de la santé de «s’adapter en conséquence et tenir compte, parallèlement, des exigences de la réglementation internationale en matière de santé et des avancées  croissantes liées aux progrès technologiques et au développement de la science dans le domaine de la médecine». L’Algérie a consacré le droit à la santé en tant que droit fondamental de l’homme dans la Constitution, qui énonce clairement l’obligation pour l’Etat de garantir à tous les citoyens le droit à la protection de leur  santé et d’assurer la prévention et la lutte contre les maladies épidémiques et endémiques, en plus de ses obligations inhérentes à la protection de la famille. Les réformes du système national de santé, s’articulant autour de  «principes fondamentaux», notamment «la gratuité des soins qui constitue un  acquis essentiel, préservé, réaffirmé et mis en œuvre à tous les niveaux, l’universalité et l’égalité d’accès aux soins et la solidarité, l’équité et la continuité du service public de santé».

Parmi les dispositions phares de ce projet de loi, le renforcement du service public de santé en le rendant «plus accessible et plus performant» et à «mieux exploiter les capacités du secteur privé et de l’offre de soins qu’il représente pour que les citoyens puissent être pris en charge dans  les meilleures conditions».  Les reformes importantes introduites dans la loi concernent «le  renforcement des droits des citoyens dans le cadre de la gratuité des  soins, la mise en place de la commission de médiation et de conciliation et le développement de l’organisation sanitaire à travers la mise en place de  la carte, du schéma d’organisation et la planification sanitaire». Le projet de loi prévoit, en outre, l’introduction d’une disposition relative à la bioéthique définissant les règles de greffe d’organes, de tissus et de cellules humaines, de l’assistance médicale à la procréation, le don de sang et les études cliniques. Il prévoit également la création d’un «Conseil national de déontologie et des sciences de la Santé placé auprès du ministre chargé de la Santé qui sera chargé de présenter des avis et des recommandations sur les questions de déontologie».