Sassou N’guessou sera reçu demain par le président Bouteflika: L’Algérie et le Congo affichent leur détermination pour un partenariat diversifié et mutuellement bénéfique

0
1090

 

La visite d’Etat en Algérie entamée depuis hier par le président congolais Denis Sassou N’guessou, constitue une opportunité pour les deux pays afin de donner une nouvelle dynamique à leur coopération bilatérale et la hisser au niveau d’un partenariat diversifié et mutuellement bénéfique. Cette volonté a été déjà affichée par les deux parties à l’issue des travaux de la 7ème commission mixte qui s’est tenue dimanche dernier à Alger et à ce titre, les deux pays se sont engagés à élargir leur coopération bilatérale dans divers domaines.« Nous considérons la 7ème session de la grande commission mixte comme un tournant positif vers un élargissement de notre coopération, une accélération de ce processus et un approfondissement de nos convergences », a indiqué le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la  Coopération internationale, Ramtane Lamamra, qui a coprésidé avec son homologue congolais, Jean Claude Gakosso, les des travaux de cette session. Il a indiqué que 14 projets d’accords de coopération dans divers domaines sont ficelés et seront suivis par d’autres qui seront achevés, avec l’impulsion des chefs d’Etat des deux pays, avant l’année 2017.  Le partenariat entre les deux pays, dira-t-il, est plus que jamais une preuve supplémentaire de cette détermination à « travailler la main dans la main pour porter une contribution significative au leadership dont l’Afrique a tant besoin au moment où elle est confrontée à des défis multiples et  entame un nouveau départ avec une nouvelle commission qui a été élue en janvier dernier pour conduire les destinés de notre agenda continental pendant les quatre prochaines années ».. Il a indiqué que la visite d’Etat du président Denis Sassou Nguessou en Algérie « marquera véritablement cette caractéristique distinctive de notre relation », soulignant que sa rencontre avec le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sera « un grand moment porteur d’espoir et de renouvellement de cette détermination à travailler ensemble ». Pour M. Lamamra, la grande commission mixte algéro-congolaise est un instrument intergouvernemental qu’il faudra préserver et lui donner toute l’autorité nécessaire afin que la relation entre les deux pays puisse devenir un « partenariat auto-entretenu qui se nourrit des réalisations et des succès ».  Le chef de la diplomatie algérienne s’est dit également « convaincu » que des mesures appropriées seront prises dans ce sens, rappelant que la réunion des experts a fait ressortir pas moins de 14 projets d’accords dans différents secteurs et identifié une douzaine d’autres accords nécessitant un travail complémentaire. Cela montre que « nous sommes engagés résolument dans un processus de cette 7ème session de la grande commission mixte et que nous nous retrouvons autour de grands idéaux, autour de grands projets continentaux et internationaux », a soutenu M. Lamamra, tout en saluant les « sacrifices que les Présidents des deux pays ont consentis pour leur propre pays et pour le continent africain ». Il a fait savoir également que les deux Présidents s’investissent pour mobiliser l’ensemble des opérateurs, tous secteurs confondus, en vue de bâtir des relations bilatérales « plus étroites, plus denses et mutuellement avantageuses » entre les deux pays. De son côté, M. Gakosso a exprimé l’entière satisfaction de la délégation congolaise pour la qualité du travail réalisé et les résultats auxquels les deux parties sont parvenues, ajoutant que la tenue de cette commission mixte « traduit l’adhésion et la volonté des chefs d’Etat des deux pays de renforcer durablement les relations entre les deux peuples ».

Les projets identifiés et sur lesquels « nous avons commencé à travailler depuis quelques temps, revêtent une importance capitale dans la marche inexorable de nos deux pays vers l’émergence », a-t-il dit, indiquant que la République du Congo « ne ménagera aucun effort pour traduire dans les faits les délibérations de cette session ».Il a fait remarquer que son pays était résolument engagé à promouvoir une coopération fructueuse et mutuellement avantageuse avec l’Algérie.