Secteur industriel public (ONS): La production  en régression de 0,4% en 2018

0
45

 La production industrielle du secteur public, a  reculé de 0,4% en 2018 par rapport à 2017, malgré une hausse de 3,2% durant  le 4ème trimestre de l’année passée, a appris l’APS auprès de l’Office  national des statistiques (ONS).

Durant les trois premiers trimestres de 2018, la production industrielle  du secteur public a connu une baisse. Le premier trimestre de la même année  s’est caractérisé par un recul de 0,6% de la production industrielle. Durant le second trimestre de 2018, la baisse de la production a été plus  prononcée (-4,3%), alors qu’au 3ème trimestre la production a connu un  recul de seulement 0,1%. La production a augmenté ensuite de +3,2% au cours  des trois derniers mois de l’année 2018, précisent les données statistiques  de l’Office. Le recul de (-0,4%) de la production industrielle en 2018 s’explique,  selon la même source, par une baisse de la production dans cinq (5)  secteurs.  Il s’agit des industries sidérurgiques, métalliques, mécaniques,  électriques et électroniques (ISMMEE), des hydrocarbures, des textiles, des  matériaux de construction et, enfin, celui des bois, liège et papier. Dans ce contexte, l’ONS fait savoir qu’en 2018, les ISMMEE ont poursuivi  leur baisse en enregistrant un recul de -7,4%, par rapport à 2017.  Cette variation négative est due, selon la même source, à des baisses  enregistrées essentiellement dans les branches de fabrication des biens  intermédiaires métalliques, mécaniques et électriques (-9,9%), la  fabrication des biens d’équipements mécaniques (-12%), la sidérurgie et  transformation de la fonte et acier (-20,2%), l’industrie de l’immobilier  métallique (-22,3%) et la construction des véhicules industriels (-13,4%). Par contre, les branches des ISMMEE qui ont connu une augmentation de la  production sont celles de fabrication des biens de consommation mécanique  (+298%), la production et transformation des métaux non ferreux (+38,9%),  la fabrication des biens d’équipement métalliques (+28,5%) et la  fabrication des biens d’équipement électriques (+6,1%). Les industries des textiles ont, pour leur part, connu une  contreperformance avec une baisse de la production inférieure à 5,6%, entre  les deux périodes de comparaison. Cette baisse a été relevée tant au niveau de la production des biens  intermédiaires textiles (-5%) que des biens de consommation textiles  (-7,9%). Pour ce qui est du secteur des matériaux de construction, céramique et  verre, l’ONS relève un recul de 1,6%  durant l’année 2018 en comparaison  avec la précédente. Cette variation négative a été engendrée par la branche des matériaux de  construction et produits rouges (-13%) et la fabrication des liants  hydriques (-2,6%). Dans ce secteur, les branches qui ont connu une évolution positive sont  les produits en ciment et matériaux de construction divers (+41,7%), ainsi  que l’industrie du verre (+17%). S’agissant des industries de bois, liège et papier, la production s’est  réduite de -1,3%, en raison essentiellement d’un recul de production de  l’industrie de l’ameublement (-15,3%). Cependant, la production a augmenté  dans la branche de la menuiserie générale (+36,9%), la transformation du  papier (+2,1%) et l’industrie du liège (+0,8%). En ce qui concerne le secteur des hydrocarbures, la production a reculé de  3,6%. La production des trois activités de la structure a baissé. La production dans la branche de liquéfaction du gaz naturel a, ainsi,  diminué de 12,2%, ce qui a largement contribué à la tendance baissière dans  ce secteur. En outre, la production du pétrole brut et de gaz naturel a baissé de  2,2%, ainsi que le raffinage du pétrole brut qui a reculé de 1,8%.

 Evolution positive dans six secteurs industriels 

Par ailleurs, l’ONS relève que des évolutions positives ont été  enregistrées dans six (6) secteurs industriels: les mines et carrières, les  cuirs et chaussures, les industries chimiques, l’industries  Agro-alimentaires, les industries diverses et l’énergie (électricité). Ainsi, les industries des Mines et carrières ont connu une croissance de  près de 36%. Toute les branches de ce secteur ont augmenté à l’exception de  celle de l’extraction du sel qui a connu une léger recul de1,7%. Les autres activités relevant de ce secteur ont contribué à cette  performance, notamment, l’extraction de minerai de fer (+42,1%),  l’extraction de la pierre argile et du sable (42,8%), l’extraction du  minerai et matières minérales (29,4%), et enfin l’extraction de phosphate  avec (+8,3%). Les industries des cuirs et chaussures ont connu une hausse de 14,9%.  Cette amélioration est perceptible au niveau des biens intermédiaires  (+15%) et des biens de consommation (+14,7%). Dans le secteur des industries chimiques, la production a augmenté en 2018  de 8,4% en raison essentiellement des industries de fabrication de la  résine synthétique (+40,6%), des produits pharmaceutiques (+18,9%), la  fabrication d’autres biens intermédiaires en plastique (+18,8%), ainsi que  la fabrication des engrais et pesticides (+5%). Mais des baisses ont caractérisé la chimie organique de base (-26,8%) et  la fabrication de peinture (-4,9%). Cette tendance haussière a concerné également les industries  agro-alimentaires qui ont enregistré une hausse de la production de 4%. Ainsi, les trois branches du secteur ont connu des hausses. La plus  importante a concerné l’industrie du lait (7,9%), la fabrication des  produits alimentaires pour animaux (+4,5%) et le travail du grain (+1,7%). Par ailleurs, la plus forte hausse a été enregistrée par le secteur des  Industries diverses en augmentant de 55%. Le secteur de l’Energie (électricité), a lui aussi connu une légère hausse  de 0,4% entre les deux périodes de comparaison, précisent les statistiques  de l’Office. Pour rappel, la  production industrielle du secteur public a enregistré  une croissance moyenne annuelle de 2,3% en 2017 par rapport à 2016.

Ali .B/ Ag