Sélection algérienne de football – Fin du suspense, Belmadi prend les rênes des Verts 

0
152

Après 40 jours sans sélectionneur, le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheïreddine Zetchi, a mis fin au suspense en embauchant Djamel Belmadi à la tête de l’équipe nationale, en remplacement de Rabah Madjer.

Les choses se sont accélérées, à la FAF. Après l’échec des négociations qu’il a eues avec plusieurs techniciens, Zetchi s’est envolé, mercredi, pour Paris, afin de rencontrer Belmadi et lui proposer de driver les Verts. L’accord entre les deux hommes a été conclu en fin de journée et la FAF s’est empressée d’annoncer la nouvelle sur son site Internet dans la nuit de mercredi à jeudi. «Djamel Belmadi est le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale algérienne suite à l’accord trouvé entre lui et le président de la FAF (…)», écrit l’instance fédérale. Cette dernière précise que l’ancien capitaine des Verts (20 sélections/5 buts) «signera très prochainement un contrat qui le liera à la FAF jusqu’à la Coupe du monde 2022 prévue au Qatar», sans évoquer les objectifs assignés à l’ex-coach d’Al Duhaïl (Div.1 qatarie), ni la composition du staff technique qui l’assistera dans sa mission. L’annonce intervient à cinq semaines du match en déplacement face à la Gambie, comptant pour la 2e journée (Gr. D) des qualifications de la Coupe d’Afrique de nations-2019, dont la phase finale est prévue au Cameroun. Le feuilleton du nouveau coach des Verts a tenu en haleine l’opinion sportive et même les pouvoirs publics, représentés par le ministre de la Jeunesse et des Sports Mohamed Hattab, qui a déclaré, lundi, qu’il était «temps de nommer un nouveau sélectionneur» à la place de Madjer, dont la mission avait pris fin après à peine huit mois de collaboration. Pour les différents observateurs, Zetchi était sous pression et se devait de boucler le dossier du nouveau coach pour permettre aux Verts de retrouver un tant soit peu la sérénité, eux qui restaient sur une mauvaise série de quatre défaites de rang en amical, dont la dernière concédée le 7 juin à Lisbonne face au Portugal (3-0).

 Belmadi en pompier ?

Il est vrai que le nom de l’ancien joueur de l’Olympique Marseille et de Manchester City constitue une véritable surprise. Ayant démissionné de son poste d’entraîneur d’Al Duhaïl en juillet dernier pour «des raisons personnelles», Belmadi (42 ans) avait pourtant indiqué quelques jours après son départ du club qatari qu’il n’avait «jamais négocié avec la FAF». Même Zetchi avait indiqué le 24 juin dernier, peu après la tenue de la réunion du Bureau fédéral ayant débouché sur la fin de mission de Madjer, que la fédération allait engager un technicien «expérimenté dans le football continental». Il avait ensuite évoqué un entraîneur «mondialiste» pour prendre la succession de Madjer, sans préciser de nom. Sauf que Belmadi n’a jamais exercé sur le continent africain et s’est contenté jusque-là de travailler exclusivement au Qatar, où il a eu, notamment à diriger la sélection de ce pays, avec à la clé, le titre de la Coupe du Golfe des nations en 2014. Il avait conduit Al Duhaïl aussi au doublé Coupe-Championnat, sans essuyer la moindre défaite en plus d’une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions d’Asie la saison dernière. «Nous sommes en contact permanent avec le futur sélectionneur qui est très chaud à l’idée de travailler en Algérie. Je ne peux dévoiler son identité tant que les négociations sont toujours en cours. Il reste quelques détails financiers à régler avant l’annonce officielle», avait réitéré Zetchi à la presse, lundi, à l’issue de la réunion du Bureau fédéral. Mais après l’échec des pourparlers avec les techniciens étrangers placés comme plan A, dont l’ancien sélectionneur national, le Bosnien Vahid Halilhodzic (2011-2014), la FAF s’est vu contrainte de se rabattre sur la piste Belmadi, même s’il ne répond pas aux critères fixés précédemment par Zetchi. La FAF a usé cinq sélectionneurs en trois ans depuis le départ de «coach Vahid» à l’issue de l’élimination des Verts en huitièmes de finale du Mondial-2014, le meilleur parcours de leur histoire. Rabah Madjer, le dernier sélectionneur en date, avait succédé en octobre à quatre entraîneurs étrangers : le Français Christian Gourcuff (resté moins de deux ans), le Serbe Milovan Rajevac (trois mois), le Belge Georges Leekens (trois mois) puis l’Espagnol Lucas Alcaraz (six mois).

Bessa N. / Ag.