Préservation des constantes de l’identité nationale-Sellal souligne les efforts de l’Etat

0
897
Photo : L'Echo d'Algérie ©

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a mis l’accent jeudi dernier sur les efforts de l’Etat pour préserver l’identité culturelle de l’Algérie et protéger ses constantes religieuses et historiques par l’organisation de plusieurs colloques nationaux et internationaux en faveur de cette démarche. En réponse à une question orale d’un membre de l’Assemblée populaire nationale sur les raisons de la non- organisation de colloques sur la pensée islamique au cours des dernières années, lue en son nom par la ministre des Relations avec le Parlement, Ghania Eddalia. Sellal a précisé que l’Etat avait «veillé ces dernières années à poursuivre l’organisation de nombreux colloques nationaux et internationaux visant à préserver l’identité culturelle de notre pays et à protéger nos constantes religieuses et historiques face aux retombées de la mondialisation culturelle». Le Premier ministre a, à cet égard, rappelé l’organisation d’un colloque sur «la liberté de culte» en 2009 et de 11 autres colloques nationaux et internationaux en 2011 dans le cadre de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique». Il a également cité le colloque international consacré à Malek Bennabi, le colloque sur l’Islam contre la violence et le colloque sur le thème «la fatwa entre règles de la charia (loi islamique) et défis de la mondialisation», soulignant que ces rencontres «ont enregistré une forte participation de différents pays du monde islamique». A. Sellal a en outre évoqué le colloque international organisé en 2012 à Oran sur la 20e session de l’Académie islamique internationale du fiqh avec la participation de plus de 150 personnalités religieuses et scientifiques de différents pays arabes et occidentaux. Il a affirmé, à ce propos, «le souci de l’Etat» à consacrer le caractère annuel d’un nombre de ces colloques, à l’instar du «Colloque du rite malékite»à Aïn Defla, qui entame sa 12e édition et la 5e édition du Colloque historique sur «Okba Ibn Nafi» à Biskra, le Colloque sur le Soufisme à Relizane, le colloque sur la Tradition du prophète Mohammed (QSSSL) à Constantine, ainsi que le colloque sur le Coran à Chlef. Le Premier ministre a également souligné que les autorités compétentes, représentées par le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, veillent à l’organisation annuelle du concours «Prix international de récitation et d’interprétation du Coran, ainsi que de la 18e édition de la semaine nationale du Coran». A ce titre, A. Sellal a également affirmé le souci des autorités publiques compétentes à publier les conclusions de ces colloques à travers des publications scientifiques qui sont au nombre de 60, ainsi que leur distribution dans les mosquées et les bibliothèques de wilaya, les centres culturels des communes, et les diverses sections du Centre culturel islamique. L’Etat, à travers ces efforts, «accorde une grande importance à la question de la consécration des valeurs de l’Islam qui repose sur la pensée modérée, de par son impact en termes de protection de notre identité et de préservation de notre société de toute forme d’extrémisme», a ajouté le Premier ministre. Par ailleurs, A. Sellal a précisé que le colloque sur la pensée islamique, organisé lors des années 1980, et qui constituait une opportunité pour débattre de certains thèmes importants relevant de la jurisprudence musulmane (Fiqh), a contribué grandement à la renaissance culturelle au sein de la société islamique et à la consécration des «valeurs nobles de l’Islam». «Indépendamment de la conjoncture politique, économique et sécuritaire qui a empêché l’organisation de ce colloque à partir des années 1990, l’Etat a veillé au cours des dernières années à inscrire son cation dans l’esprit de ces rencontres», a conclu Sellal.