Séminaire (OIAC): La traçabilité des produits chimiques dangereux, détournés par des groupes  terroristes, recommandée

0
225

 

 

Le développement des procédures visant la  traçabilité des produits chimiques dangereux, détournés de leur usage  licite par des groupes terroristes, a été recommandé hier après-midi à la  clôture des travaux du séminaire régional sur « La convention d’interdiction  des armes chimiques et la gestion de la sûreté et la sécurité chimiques ».

« Le contexte international difficile doit également nous inciter à fixer  les objectifs pour le développement de procédures visant la traçabilité des produits chimiques dangereux, qui sont actuellement détournés de leur usage  licite, par des groupes terroristes », a indiqué le colonel Boualem Belhadj, secrétaire exécutif de la Commission ministérielle mixte chargée d’appliquer la Convention d’interdiction des armes chimiques, à la clôture  de ce séminaire de deux jours, organisé conjointement par le ministère de la Défense nationale (MDN) et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Dans cette allocution prononcée au nom du Général de Corps d’armée,  vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire, Ahmed Gaïd Salah, M. Belhadj a relevé « la nécessité de travailler, à l’avenir d’une manière collective et concrète, afin d’intégrer les aspects de contrôle de sûreté et la sécurité chimiques dans  le cursus de formation dans la perspective de promouvoir la culture de gestion de ces aspects ». Il a estimé que la concrétisation d’un tel plan « pourrait aller au-delà de 2020 compte tenu de sa complexité », appelant par la même occasion à « saisir les opportunités de partenariat offertes par le secrétariat technique dans  une approche de complémentarité et de synergie ». « Notre vision d’avenir met l’accent sur la mise en œuvre intégrale et transparente de l’article XI (de la convention) et sur la concrétisation des actions recommandées, a-t-il ajouté. Relevant les efforts déployés par l’Algérie pour l’organisation de ce séminaire, M. Belhadj a réitéré « l’engagement de l’Algérie en faveur du  renforcement des capacités des Etats parties pour la mise en œuvre de la Convention ». Il a en outre indiqué que ce séminaire va apporter une « valeur ajoutée » dans le domaine de la gestion de la sûreté et la sécurité chimiques, estimant qu’il s’agit d’une « question interpellant les Etats parties ». S’exprimant sur les thèmes abordés lors de ce séminaire, M. Belhadj a estimé qu’ils sont « d’actualité et reflètent les préoccupations majeurs  auxquelles sont confrontés les spécialistes en la matière de notre région ». « Cet échange d’expériences et d’idées a permis d’aboutir à une vision intéressante visant le développement des capacités régionales en matière de traçabilité des produits chimiques », a-t-il dit, estimant les débats ont été « particulièrement fructueux et intéressants ». Pour rappel, le séminaire s’est déroulé sous forme d’ateliers ayant traité les différentes expériences des pays africains en matière de gestion de la  sécurité dans les industries chimiques et des sujets liés à la sensibilisation sur les risques chimiques. 

M.T