Solidarité: 900 personnes âgées réintégrées au sein de leurs familles ou recueillies  par des familles volontaires

0
132

 La ministre de la Solidarité nationale, de la  Famille et de la Condition de la femme, Mme. Ghania Eddalia a indiqué,  hier à Alger, que neuf cent (900) personnes âgées, dont 1.807  pensionnaires d’établissements relevant du Ministère, ont été réintégrées  au sein de leurs familles ou recueillies par des familles volontaires, lors  des différentes fêtes ou tout au long de l’année.

S’exprimant en marge d’un atelier de travail, au siège du Ministère,  autour de « La problématique de l’abandon des ascendants par les  descendants », la ministre s’est félicitée de cette opération qu’elle a  qualifiée de « positive » et qui tend, a-t-elle dit à « s’élargir de jour en  jour grâce au dispositif de médiation sociale » mis en place par son  secteur. Dans ce contexte, la ministre a fait état d’une coordination avec le  ministère des Affaires religieuses et des wakfs pour la sensibilisation, à  travers le prêche de vendredi, sur « l’importance de la chaleur du foyer  familial », annonçant de nouvelles mesures initiées par son département  ministériel, à travers les Directions de l’Action sociale et de la  Solidarité (DASS), en faveur de toute personne demandant de l’aide pour des  ascendants sans ressources ou en en détresse sociale.  Pour ce qui est de la problématique de l’abandon des ascendants par les  descendants, elle a rappelé l’arsenal juridique algérien qui protège les  personnes âgées de l’abandon, du vagabondage et de la vulnérabilité  sociale, et la prise en charge matérielle et psychologique par le ministère  de cette frange de la société, au niveau de trente trois (33) foyers pour  personnes âgées, outre les Diar Errahma, ajoutant que le Ministère s’attèle  à « étudier et à rechercher les causes de ce phénomène afin d’adapter le  dispositif social et parvenir à une prise en charge plus efficace de cette  catégorie ».  Aussi, Mme Eddalia a appelé les différents secteurs, les corps de sécurité  et même les résidants des établissements relevant du secteur de la  Solidarité nationale à prendre part à cet atelier afin de débattre de la  situation et d’aboutir à des recommandations à même d’améliorer les  conditions d’accueil et revoir les procédures sur lesquelles se base le  Ministère pour la gestion de ces établissements. Par ailleurs, la ministre a mis en valeur le rôle que joue l’Agence de  développement sociale (ADS) à travers les cellules de proximité qui,  a-t-elle dit, « apporte tant à cette catégorie dans des régions éloignées et  enclavées du pays ». En réponse à une question sur les prévisions de la hausse de cette frange  de la société, la ministre a exclu une telle probabilité au vu du « faible  nombre de personnes âgées résidant dans ces foyers », se félicitant de « la  solidarité familiale algérienne ». A ce propos, la ministre a affirmé que  l’effort de son département vise la réduire des cas d’abandon et non pas la  création de nouveaux centres pour personnes âgées, d’autant que les  établissements fonctionnels ne souffrent pas de surcharge. Evoquant l’accueil et la prise en charge, par les établissements sous  tutelle, de personnes âgées souffrant de maladies psychiatriques et  délaissées par leurs familles, elle a estimé que « c’est là un réel problème  pour le secteur étant donné que le personnel de ces établissements n’est  pas formés en la matière.  Dans ce contexte, Mme. Eddalia a assuré que département œuvrait en  coordination avec le ministère de la Santé à trouver des solutions  adéquates à cette catégorie, dont la prise en charge est dévolue depuis les  années 80 au secteur de la Solidarité seul.

Houda H