Solidarité-enfance Vers la création d’établissements privés d’éducation spécialisés pour  enfants handicapés mentaux

0
417

La ministre de la Solidarité nationale, de la  Famille et de la Condition de la Femme, Ghania Eddalia a annoncé, dimanche  à Alger, la création, début 2019, d’établissements privés d’éducation et  d’enseignement spécialisés pour enfants handicapés mentaux.

Intervenant à une rencontre d’information sur les établissements privés  d’éducation et d’enseignement pour enfants handicapés mentaux, la ministre  a précisé qu’il sera procédé, début 2019, à la création de ces  établissements, soulignant que le ministère avait reçu plusieurs demandes  formulées par des privés pour leur ouverture. Evoquant le décret exécutif 18-221 du 6 septembre 2018, fixant les  conditions de création, l’organisation, le  fonctionnement et le contrôle  de ces établissements, Mme. Eddalia a souligné qu’il intervenait « en  réponse aux demandes des investisseurs, ayant affiché leur volonté de  contribuer à la prise en charge de cette catégorie d’enfants et des listes  d’attente qui ne cessent de s’allonger ». Dans ce cadre, la ministre a indiqué que la création de ces établissements  était soumise à l’agrément du ministère de la Solidarité nationale, octroyé  sur la base d’un dossier administratif et technique et à la souscription au  cahier des charges, ajoutant que ces établissements doivent assurer la  prise en charge psychopédagogique des  enfants handicapés mentaux, à  condition que leur capacité d’accueil ne dépasse pas 120 enfants. Ouvrir l’investissement au secteur privé n’empêchera pas le renforcement  des centres publics pour prendre en charge l’éducation et l’enseignement  des enfants handicapés, notamment ceux relevant du secteur de la solidarité  nationale, d’autant qu’il ne s’agit pas de renoncer aux familles qui ont  besoin de l’accompagnement des autorités publiques, a-t-elle fait savoir,  rappelant, par ailleurs, la législation nationale qui consacre le principe  d’accès à l’éducation pour tous les enfants, sans distinction aucune. Dans ce cadre, la ministre a rappelé les différentes formules de  scolarisation au profit des enfants handicapés, qui sont pris en charge au  sein d’établissements relevant du secteur de la solidarité nationale ou  dans les écoles ordinaires relevant du secteur de l’éducation nationale, à  travers une intégration totale ou partielle, selon l’handicap, ou dans des  établissements gérés par le mouvement associatif, ajoutant que le nombre  total de ces enfants pris en charge dans le cadre de ces formules est  estimé à 69.227 enfants Elle a indiqué, en outre, que les enfants handicapés étaient pris en  charge dans les établissements d’éducation et d’enseignement spécialisés  relevant du secteur de la solidarité nationale, au nombre de 238  établissements, dont des centres pour enfants handicapés mentaux,  handicapés moteur, non-voyants et sourds-muets, ainsi que des centres pour  enfants souffrant d’insuffisance respiratoire. Ces centres assurent l’éducation et l’enseignement spécialisés au profit  de 21.700 enfants, en utilisant des moyens éducatifs et techniques  pédagogiques adaptés à toute forme d’handicap, ajoutant que le budget  consacré à la gestion de ces établissements dépasse les 10 milliards de  dinars. Près de 32.525 enfants aux besoins spécifiques bénéficient de programmes  d’intégration totale dans des classes ordinaires au niveau des  établissements de l’éducation nationale, outre la contribution de 70  associations assurant la gestion de 111 établissements, prenant en charge  8.330 enfants handicapés mentaux au niveau de 26 wilayas au cours de cette  année scolaire. Par ailleurs, Mme Eddalia a dit que le secteur était en train d’étudier le  dossier de révision de la loi n 09-02 du 2 mai 2002 relative à la  protection et à la promotion des personnes handicapées afin de l’adapter  aux nouveautés enregistrées en la matière. Concernant l’application de l’article 31 de cette loi stipulant que les  personnes handicapées présentant un taux d’invalidité de 100 % bénéficient  d’une réduction du prix de location ou d’acquisition de logements sociaux  de l’Etat ou des collectivités territoriales, la ministre a annoncé en  marge de cette rencontre, qu’une réflexion était en cours concernant un  projet de décret exécutif définissant les modalités d’application de cette  réduction, en collaboration avec les secteurs concernés

                                                                   Ahsene Saaid /Ag