Sommet arabo-musulman à Ryad: Le monde arabe et les Etas Unis, ensemble pour combattre le terrorisme mondial

0
447

Le sommet arabo-musulman, prévu dimanche à Ryad,  sera marqué par la participation de plus de 40 pays arabes et musulmans qui  focaliseront leurs assises sur les voies et moyens d’édifier une stratégie  commune, avec les Etats-Unis, pour combattre le terrorisme et l’extrémisme  et définir les contours d’une vision commune sur la sécurité mondiale, la  coopération sécuritaire et économique. Ce sommet, le premier du genre, auquel le président américain Donald Trump  prendra part, se propose également d’approfondir la réflexion sur les  mesures supplémentaires à prendre pour mettre fin au financement des  organisations terroristes.  La Maison Blanche appelle de ses vœux une implication « plus forte » des  pays du Golfe dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme. Selon l’agence de presse saoudienne, les parties focaliseront leur assises  sur les outils d’édifier une stratégie commune, partagée par les  Etats-Unis, pour combattre le terrorisme et définir le contour d’une  vision commune sur la sécurité mondiale, la coopération sécuritaire  arabo-islamo-américaine, et les relations politiques et économiques.  Le ministre saoudien des Affaires étrangères a annoncé samedi que le  sommet auquel prendront part les présidents et chefs de gouvernement de  plus de 40 pays, sera axé sur « les questions du terrorisme, l’économie, et  les jeunes » et sera l’occasion d’annoncer la création d’un centre  international de combat contre le terrorisme. La délégation de l’Algérie sera conduite au sommet par le président  du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, désigné par le président de  la République, Abdelaziz Bouteflika, pour le représenter au Sommet des pays  arabes et musulmans. Le président du Conseil de la nation sera accompagné par le ministre  d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération  internationale, Ramtane Lamamra.

L’avenir des relations entre les Etats-Unis et le monde musulman

Le président américain Donald Trump, a débuté samedi en Arabie  saoudite où il doit prononcer un discours attendu sur l’islam, son premier  déplacement à l’étranger.     Le roi Salmane d’Arabie saoudite a appelé à « un nouveau partenariat »  entre les Etats-Unis et les pays musulmans, dont nombre de dirigeants  seront présents dimanche à Ryad.   Le président américain  va prononcer  à l’occasion devant les dirigeants  de pays musulmans un discours reflétant sa position sur l’avenir des  relations entre les Etats-Unis et le monde musulman. « J’exprimerai la  position du peuple américain de manière franche et claire », a promis M.  Trump dans son allocution hebdomadaire diffusée vendredi soir. Il y a huit ans, son prédécesseur Barack Obama avait, depuis Le Caire,  appelé à un « nouveau départ » entre les Etats-Unis et les musulmans à  travers le monde, « un départ fondé sur l’intérêt mutuel et le respect  mutuel ». La visite de M. Trump à Ryad devrait aussi donner lieu à des annonces de  contrats d’armement chargés de promesse pour l’industrie américaine. « L’énorme point d’interrogation à garder en tête si l’Arabie saoudite  signe des contrats pour un total de 100 milliards de dollars, est de savoir  comment ils pourront régler la facture, avec les prix actuels du pétrole »,  tempère Bruce Riedel, ancien de la CIA aujourd’hui analyste à la Brookings  Institution.    L’Arabie Saoudite conduit une coalition militaire arabe qui  intervient depuis mars 2015 au Yémen en soutien au gouvernement du   président Abd Rabbo Mansour Hadi contre les Houthis, alliés à des unités de  l’armée restées fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh. Par ailleurs, les relations du Royaume saoudien, avec l’Iran, et les  Etats-Unis sont tant de sujets inscrits au centre d’entretiens officiels  entre le roi Salmane d’Arabie saoudite et Trump, entamés samedi, selon les  médias.