Soutien à l’emploi des jeunes:  Une plateforme intersectorielle pour   accompagner les acteurs locaux

0
61

 

  

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la   Sécurité Sociale, Tidjani Hassen Heddam a fait état, de la   mise en place d’une « plateforme intersectorielle » en vue d’accompagner les   acteurs locaux dans le soutien à l’emploi des jeunes, et ce dans quatre wilayas-types avant d’être généralisée au niveau national.   

S’exprimant lors d’une rencontre autour de « l’économie sociale et solidaire (ESS) », le ministre a précisé que cette plateforme intersectorielle avait été mise en place comme programme d’essai dans   quatre wilayas-types (Oran, Khenchela, Béchar et Annaba) et sera généralisée au niveau national, en vue d’accompagner les acteurs locaux dans le cadre du programme de soutien à l’emploi des jeunes.   Dans le même sillage, M. Heddam a fait état d’un projet visant à jeter les fondements d’un système complémentaire et intégrée de l’économie sociale et solidaire (ESS) en tant que nouveau mécanisme de développement de l’emploi   dans le domaine des coopératives, notamment celles activant dans les secteurs de l’agriculture et de l’artisanat ainsi que les activités en rapport avec l’emploi à caractère social, destiné aux catégories vulnérables et géré par l’Agence du développement local relevant du   ministère de la Solidarité nationale. Qualifiant l’ESS « d’opportunité pour créer des activités et des postes d’emploi dans le cadre de la stratégie nationale visant la diversification de l’économie nationale », le ministre a souligné que « l’économie sociale et solidaire s’inscrit dans le cadre de la poursuite des efforts consentis par   le ministère pour promouvoir l’emploi, créer des micro-entreprises et associer les jeunes dans développement de l’économie locale ». Pour sa part, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia a mis en avant la nécessité de « trouver des voies plus efficaces à l’effet de concrétiser et d’ériger   l’économie sociale et solidaire en nouveau secteur, reposant non seulement sur un principe lucratif, mais sur l’aspect social dans la création des activités à travers la solidarité entre les individus ». A cette occasion, Mme Eddalia a indiqué qu’un travail était en cours au niveau de l’agence de développement local pour élaborer un projet de cadre   juridique et organisationnel de l’économie sociale et solidaire, tout en œuvrant pour l’élaboration d’une feuille de route et la mise en place un plan d’action sur l’accompagnement des projets dans ce domaine et la recherche des défis auxquels fait face l’économie au niveau local. Pour sa part, le représentant des Affaires étrangères, Mohamed Haneche a   précisé que l’Algérie comptait lancer « un programme global » dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, soulignant que cette économie permettra « d’absorber le chômage et de créer de nouveaux postes d’emplois dans le cadre d’une approche globale qui tienne compte du développement durable, de l’environnement et des règles de solidarité ». Cette démarche se traduira par l’élaboration de programmes nationaux   globaux ou sectoriels visant l’intégration des objectifs et fins de l’économie et les règles de cohésion sociale et de solidarité au sein de la société. 

Moussa O