Suite aux décisions prises dernièrement par les pouvoirs publics: Un intérêt particulier au développement du Sud et des Hauts-Plateaux

0
139

Les dernières décisions prises en faveur des Hauts-Plateaux et du Sud du pays dénotent de l’intérêt particulier accordé par les pouvoirs publics au développement de ces régions stratégiques et à la prise en charge des attentes et des aspirations de leurs populations.

L’enjeu aujourd’hui est le développement des zones frontalières qui jouissent d’une grande attention et de l’appui de la part de l’Etat, et ces zones nécessitent un intérêt particulier au vu de leurs spécificités par rapport aux autres régions des deux pays. Le développement doit englober tous les aspects d’une vie décente pour les populations de ces zones et leur désenclavement à partir de la mise en place des infrastructures de base qui ouvrent la voie à la construction des grandes infrastructures socioéconomiques. A ce titre, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) avait mis en exergue, récemment, les efforts «soutenus» de l’ANP afin de faire sortir l’Algérie de sa crise et sécuriser de manière totale l’élection présidentielle du 12 décembre. «Il y a lieu de mettre en exergue les efforts soutenus et dévoués que l’ANP a consentis afin d’instaurer un climat de confiance et de quiétude, permettant de franchir de nombreuses étapes aux objectifs complémentaires, notamment suite à la tenue du Conseil des ministres en date du 9 septembre 2019, sous la présidence du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah», avait indiqué le général de corps d’armée. Il avait rappelé que durant ce Conseil «plusieurs démarches, empreintes de sincérité et de bonne foi ont a été concrétisées, à travers l’amendement de la loi électorale et son adaptation de manière à répondre aux préoccupations et aux attentes des Algériens, et à satisfaire également les revendications pressantes du peuple, suivi de la mise en place de l’Autorité nationale indépendante des élections qui constitue, au regard des larges prérogatives qui lui ont été attribuées, la clé de la réussite de cette échéance présidentielle attendue et cruciale». Il avait relevé, à ce propos, que «c’est dans le prolongement des mêmes efforts et démarches, que s’inscrit la tenue du Conseil des ministres en date du 13 octobre en cours, pour l’approbation de projets de lois importants, à l’instar des lois des finances et des hydrocarbures, qui constituent une véritable plus-value à même de relancer l’économie nationale et donner un nouveau souffle à l’investissement dans les différents secteurs économiques stratégiques». De son côté, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, avait souligné, une fois de plus, la nécessité pour les autorités de prendre en charge les préoccupations et les attentes de la population locale, seule et unique voie pour préserver la stabilité et la sécurité du pays. Bedoui qui a fait remarquer que la sécurisation des régions frontalières reste tributaire de la réalisation d’une série d’infrastructures de base nécessaires dans le cadre de la stratégie de l’Etat visant le développement de ces régions et la prise en charge des attentes de leur population, n’a pas manqué d’instruire les responsables au niveau local d’être constamment à l’écoute des citoyens et de se pencher réellement sur leurs problèmes au quotidien. A ce propos, il avait sévèrement mis en garde contre toute tentative visant à mettre en péril la stabilité du pays, en affirmant que l’Etat «ne tolèrera aucune atteinte à sa stabilité et à sa sécurité et poursuivra son combat sans relâche contre le terrorisme pour assécher ses sources, défendre l’intégrité du territoire national et frapper d’une main de fer tous ceux qui veulent porter atteinte à la sécurité du citoyen». Il avait également indiqué que le gouvernement compte mettre en place une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières, en vue d’insuffler une nouvelle dynamique aux régions du Sud du pays, précisant que cette stratégie concernera tous les domaines de développement local et que tous les moyens matériels et humains seront mobilisés à cet effet. Par ailleurs, Bedoui a indiqué que l’État a mobilisé de «grands moyens matériels et humains pour promouvoir le développement à travers tout le territoire national, tout en accordant la priorité aux wilayas du sud et des Hauts-Plateaux ainsi qu’aux régions frontalières qui devraient bénéficier également de ce développement». Il faut sire que la relance des deux fonds de développement du Sud et des Hauts-Plateaux et la mobilisation des ressources financières au profit des populations de ces régions, outre le développement des zones frontalières qui ont bénéficié d’importants programmes de développement, témoignent de la profonde conviction de l’Etat à réaliser un développement équitable respectant les spécificités de chaque région du pays. À ce propos, Bedoui avait souligné que ces acquis avaient pour ultime objectif de servir le citoyen et la nation et ce, loin de tout calcul, surenchère ou dans le cadre d’une échéances politique quelconque, tout en se félicitant des acquis de la sécurité et de la stabilité, des acquis arrachés grâce aux sacrifices consentis par les enfants des différents corps de sécurité, à la tête desquels les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) déployés sur les frontières. «L’Algérie ne serait pas sortie de la décennie noire, sans la mobilisation des éléments de l’Armée et la conscience des citoyens qui se sont mobilisés autour des institutions constitutionnelles, vainquant ainsi le terrorisme barbare, dont des résidus agonisent actuellement et rendent leur dernier souffle», a-t-il mentionné. Dans ce cadre, Bedoui a appelé toutes les franges de la société à «se mobiliser plus que jamais et à faire preuve de vigilance et à être à la hauteur de la grandeur de notre pays, de ses institutions constitutionnelles et des sacrifices des éléments des différents corps de sécurité».