Sur instruction du Président Tebboune: L’Algérie multiplie ses actions humanitaires envers le peuple libyen 

0
199
Alger: 20.01.2020 Le Croissant-Rouge algérien achemine 100 tonnes d'aides humanitaires vers la Libye.

Sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l’Algérie a multiplié, ces derniers temps, ses actions humanitaires envers le peuple libyen qui traverse une conjoncture difficile aggravée par un crise sans précédent.

Ainsi, le coup d’envoi d’une troisième aide de solidarité au profit des populations libyennes vivant dans la région frontalière de Ghadamès a été donné, hier, à partir du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf (Alger) par la présidente du CRA, Saïda Benhabiles. A cette occasion,   Benhabiles a précisé que l’aide, constituée de denrées alimentaires, d’eaux minérales, de médicaments, de couches et de groupes électrogènes octroyés par le gouvernement algérien au peuple libyen, sera acheminée via un pont aérien militaire de l’aéroport de Boufarik à Aïn Amenas, où trois avions cargo ont été mobilisés par le commandement de l’ANP. Le CRA, chargé par le gouvernement de prendre en charge cette opération humanitaire, procédera par la suite à l’acheminement de cette aide au niveau du poste frontalier de Ghadamès en coordination avec le Croissant-Rouge libyen, avec lequel le CRA est lié par une convention de partenariat et de coopération. Tout en rappelant que la décision du président de la République exprime l’attachement du peuple algérien aux liens de fraternité avec le peuple libyen, la présidente du CRA a indiqué que ces aides sont destinées exclusivement aux populations libyennes vivant au niveau de la région frontalière de Ghadamès, où il existe, a-t-elle relevé, des liens familiaux très forts entre les Algériens et leurs frères libyens. Cette action spontanée qui puise sa source des valeurs ancestrales ne répond à aucun agenda politique, a fait savoir également Saïda Benhabiles, soulignant dans ce sillage que le peuple libyen s’est tenu aux côtés de l’Algérie durant la Guerre de Libération nationale. Remerciant au passage le Président Tebboune pour avoir pris cette initiative et l’ANP pour le soutien apporté dans la concrétisation de ce geste humanitaire, la présidente du CRA a noté que ces aides allègeront les souffrances des frères libyens qui vivent une conjoncture difficile due à la crise que traverse leur pays. L’Algérie avait déjà organisé durant le mois en cours deux opérations distinctes d’aides humanitaires au profit du peuple libyen. La première, comprenant 100 tonnes d’aides humanitaires de denrées alimentaires, médicaments, vêtements, tentes, groupes électrogènes et autres, s’était ébranlée le 4 janvier de l’aéroport de Djanet où cette cargaison était parvenue via un pont aérien militaire depuis l’aéroport de Boufarik à bord de trois avions militaires. Arrivée au poste frontalier Tin El Koum, l’aide avait été remise aux autorités libyennes qui étaient chargées de sa distribution auprès des populations des zones frontalières. Quant à la deuxième opération, composée de 70 tonnes d’aides, elle avait été organisée le 13 janvier en présence d’une délégation libyenne à sa tête le secrétaire général du Croissant-Rouge libyen, Moraï Al Dressi, en visite en Algérie en vue de la signature d’une convention de partenariat avec le CRA. Le secrétaire général du Croissant-Rouge libyen avait exprimé, à cette occasion, sa gratitude et ses remerciements au président de la République et à l’Algérie pour ces aides humanitaires, mettant en exergue les relations historiques qui lient les deux peuple frères. Dans une lettre adressée au président de la République, il a fait part de ses plus vifs remerciements et exprimé sa gratitude au président de la République pour les aides humanitaires envoyées au peuple libyen. Il avait souligné, en outre, que la convention de partenariat et de coopération en matière humanitaire signée entre le Croissant-Rouge algérien et son homologue libyen contribuera à la promotion des relations entre les deux organisations humanitaires au service de la préservation de la dignité et de l’unité des deux peuples frères. Ceci intervient au moment où le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a fait part, dimanche dernier depuis la capitale allemande, de la disponibilité de l’Algérie à abriter le dialogue entre les frères libyens et son rejet catégorique de la politique du fait accompli en Libye. Intervenant devant les participants à la Conférence de Berlin sur la Libye, le président de la République a réitéré son appel à la communauté internationale d’assumer sa responsabilité en matière de respect de la paix et de la sécurité dans ce pays, affirmant que l’Algérie refuse toute atteinte à son intégrité nationale et à la souveraineté de ses institutions. «Nous sommes appelés à arrêter une feuille de route aux contours clairs, qui soit contraignante pour les  parties, visant à stabiliser la trêve, à stopper l’approvisionnement des parties en armes afin d’éloigner le spectre de la guerre de toute la région», a indiqué Tebboune, appelant à encourager les parties libyennes à s’asseoir autour de la table pour résoudre la crise par le dialogue et les voies pacifiques et éviter ainsi des dérapages aux conséquences désastreuses. Après avoir souligné que la région avait besoin d’une stabilité fondée sur la sécurité commune, il a réitéré l’attachement de l’Algérie au maintien de la région loin des ingérences étrangères, assurant que la sécurité de la Libye est le prolongement de «notre propre sécurité et le meilleur moyen de préserver notre sécurité régionale reste la coopération et l’entraide avec nos voisins pour faire face au terrorisme et à l’extrémisme». A cet égard, le président de la République a rappelé les efforts que l’Algérie n’a eu de cesse de déployer pour inciter les parties libyennes à adhérer au processus de dialogue, parrainé par les Nations unies et accompagné par l’Union africaine en vue de former un gouvernement d’entente nationale apte à gérer la transition et la réédification des institutions de l’Etat libyen pour relever les défis qui se posent au peuple libyen. L’Algérie a participé activement à divers niveaux à tous les efforts en faveur d’une solution politique à la crise libyenne, a-t-il encore soutenu, citant, dans ce cadre, son initiative, en mai 2014, pour la création du mécanisme des pays voisins de la Libye, qui a tenu sa première réunion à Alger, ainsi que les différentes cycles de dialogue qu’elle a abritées depuis mars 2015 entre les dirigeants des partis politiques libyens dans le cadre des processus de dialogue, supervisés par l’ONU. Mettant en avant la position équidistante de l’Algérie dans le conflit, il a évoqué ses efforts pour le rapprochement des vues et l’établissement de passerelles de communication avec tous les acteurs en plus de ses appels incessants à faire prévaloir la sagesse et à favoriser le processus pacifique pour le règlement de la crise, option qui demeure la seule à même de garantir l’unité du peuple libyen et le respect de sa souveraineté, loin de toute ingérence étrangère, a-t-il affirmé.

  1. Benslimane