Syrie : 241 éléments de Daech et 126 combattants des FDS tués en un mois 

0
387

Un total de 241 éléments du groupe terroriste  autoproclamé « Etat islamique » (EI/Daech) et de 126 combattants des Forces  démocratiques syriennes (FDS) ont été tués dans les combats menés depuis un  mois dans la province syrienne de Deir Ezzor (est), a annoncé vendredi  l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les combats ont été lancés par les FDS contre les dernières poches  restantes de l’EI sur la rive orientale de l’Euphrate, dans la banlieue est  de la province de Deir Ezzor, selon l’OSDH, basé à Londres. Les FDS, appuyées par la coalition dirigée par les Etats-Unis, engagent  une offensive massive visant à chasser les terroristes de leurs derniers  bastions dans la province.

La Russie appelle l’ONU à faciliter le retour des réfugiés syriens

La Russie a appelé samedi le Haut-Commissariat  des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à intensifier leur aide pour  faciliter le retour des réfugiés Syriens à leurs localités d’origine en  Syrie, ont rapporté des médias russes. Le ministère russe des Affaires étrangères a précisé samedi dans un  communiqué que « Moscou espère intensification des efforts du HCR et  d’autres organismes internationaux pour aider à faire retourner les Syriens  déplacés et à les réintégrer dans leur pays », ont ajouté même sources. La diplomatie russe a souligné, en outre, que « ce retour est devenu  possible maintenant grâce aux victoires de l’armée syrienne, soutenue par  les forces aérospatiales russes sur les réseaux terroristes et le retour de  la sécurité dans le pays ». Le communiqué du ministère des Affaires étrangères russe a ajouté que  Moscou souhaite que « le retour des Syriens déplacés leur permettra de  prendre part aux opérations de reconstruction en cours, après la fin de  l’éradication du terrorisme dans leur pays ». Le président russe Vladimir Poutine avait demandé jeudi dernier que  l’Europe « s’implique dans le processus de retour des réfugiés en Syrie ». Lors d’une conférence de presse à Saint-Pétersbourg, le chef d’Etat russe  Vladimir Poutine avait demandé que l’Europe « s’implique dans le processus  de retour des réfugiés en Syrie ». Il avait également ajouté qu’il était « nécessaire de dépolitiser ce  travail », et que l’approche humanitaire à Idleb « devrait viser à aider les  gens », qu’ils vivent dans des territoires contrôlés par le gouvernement  syrien ou par l’opposition.