Télécommunications : L’Algérie accueille l’atelier régional de formation UIT/ITSO

0
44

 L’Algérie accueillera, du 13 au 17 octobre  courant, l’atelier régional annuel de formation de l’Union internationale  des télécommunications (UIT) et de l’Organisation internationale des  télécommunications par satellite (ITSO), indique, hier  un communiqué du  ministère de la Poste, des télécommunications, des technologies et du  numérique (MPTTN).

Organisé par l’Agence nationale des fréquences (ANF), sous l’égide du  MPTTN au Cyber parc de Sidi Abdallah (Alger), cet atelier qui portera sur  « Les télécommunications par satellite dans la région arabe » est destiné  notamment aux ingénieurs activant dans le domaine des télécommunications et  réseaux, outre les employés des instances gouvernementales de régulation et  des compagnies de télécommunications, précise la même source, ajoutant que  des chercheurs africains prendront également part à cet évènement. Cet atelier permettra aux participants « une compréhension globale des  systèmes, des protocoles et des technologies satellitaires y compris les  concepts inhérents au VSAT et les questions de politiques et d’organisation  notamment le rôle des télécommunications par satellite régionales et  internationales et des organisations activant dans ce domaine ». A rappeler que cet atelier de formation s’inscrit dans le cadre d’un  partenariat entre le Secteur du développement des télécommunications de  l’UIT et l’ITSO, dont le MPTTN a bénéficié afin de promouvoir la formation  en matière de télécommunications par satellite. Le choix de l’Algérie pour accueillir cet atelier dénote « de son rôle au  plan régional dans le domaine des télécommunications par satellite ainsi  que de l’importance qu’elle accorde à ce secteur notamment à travers le  lancement de son premier satellite ALCOMSAT-1 qui devrait contribuer à  ériger l’activité spatiale en outil pour la réalisation du développement  économique durable », souligne le ministère. Cette démarche requiert, ajoute le communiqué, le recours aux ressources  humaines hautement qualifiées dont les ingénieurs et cadres, pouvant être  acquises à travers le transfert de technologies, des connaissances et des  expertises lors de telles rencontres de haut niveau ».

Moussa O