Threads : La nouvelle messagerie d’Instagram dédiée aux proches

0
134

Instagram a lancé cette semaine une nouvelle application de messagerie pensée pour favoriser le partage constant et intime entre les utilisateurs et leurs amis les plus proches. Laisser vos amis savoir en permanence ce que vous êtes en train de faire.

Telle est la promesse de Threads, la nouvelle application lancée jeudi soir par Instagram. Disponible sur Android et iOS par Facebook, elle se présente comme une messagerie complémentaire au célèbre service de partage d’images recentrée sur les échanges privées. Liée à un compte Instagram, elle permet de diffuser certaines informations (statuts, photos, vidéos) et de discuter avec ses amis proches, une catégorie déjà proposée par Instagram pour aider les utilisateurs à se prémunir de la pression des réseaux sociaux en les laissant sélectionner une dizaine de contacts susceptibles de recevoir des Stories visibles uniquement par eux. Threads fait écho au changement de philosophie formulé en mars par Mark Zuckerberg, qui avait promis de faire de Facebook un endroit plus intime mettant l’accent sur les communications privées.  « Nous constatons déjà que les messages privés, les histoires éphémères et les petits groupes sont de loin les formes de communication en ligne qui connaissent la croissance la plus rapide.

Beaucoup de gens préfèrent l’intimité d’une communication en tête-à-tête ou avec seulement quelques amis », expliquait alors le patron du premier réseau social. Centré sur l’image, Threads s’articule autour de trois fonctionnalités. La première est la caméra, qui s’affiche par défaut à l’ouverture de l’application, comme sur Snapchat, et permet de prendre des photos et des vidéos à partager avec son cercle proche. Les photos de profil des contacts peuvent être placées directement en bas de l’interface, à côté du déclencheur de l’appareil photo, pour favoriser les échanges. À droite de l’appareil photo se trouve la boîte de réception de la messagerie. C’est la même que dans les Messages Directs d’Instagram sauf qu’elle n’affiche que les conversations avec les amis proches et promet d’être préservée des messages non sollicités et autres spams. Threads offre aussi la possibilité de partager des statuts, c’est-à-dire de définir manuellement un emoji et un texte court pour signaler à vos proches ce que vous êtes en train de faire, par exemple : au travail, en déplacement, au restaurant, pas en ville, dans la nature, etc. Mais Facebook espère surtout imposer les statuts automatiques, qui laissent à Instagram toute latitude pour déterminer automatiquement votre activité en interprétant différents signaux comme la géolocalisation, la connexion réseau, le niveau de la batterie ou les données de l’accéléromètre du smartphone. Si vous êtes à bord d’une voiture filant à toute allure sur l’autoroute, l’application pourra ainsi deviner que vous êtes en déplacement et l’indiquer à vos proches.

Avec Threads, Facebook remet au goût du jour les vieux statuts d’AOL et de MSN Messenger avec lesquels il était déjà possible de signaler à nos contacts lorsqu’on était en ligne, occupé, absent ou sur le point de revenir. Quinze ans plus tard, le processus est automatisé pour permettre aux utilisateurs de s’échanger des informations sur leurs activités de façon passive dans un cercle intime. Threads s’inscrit ici dans les pratiques numériques actuelles des adolescents, une audience qui fait cruellement défaut à Facebook. Le fonctionnement de l’application rappelle en effet celui de Snapchat, où des millions de jeunes s’échangent des images et des emojis à longueur de journée et sont incités à rester en contact permanent par un système de récompenses. Threads offre « une connexion persistante » avec les bonnes personnes, a expliqué le directeur des produits chez Instagram au site américain TechCrunch. Elle a été conçue dans le souci de « contrôler totalement qui peut vous joindre » et la volonté de maintenir des liens entre ses utilisateurs « même s’ils n’ont pas le temps pour une conversation ». Contrairement à des applications comme Foursquare, qui indique précisément le lieu où vous vous trouvez, Threads met l’accent sur l’intention et permet de voir en un coup d’œil si vos amis sont disponibles pour un café en s’épargnant un message qui pourrait sembler désespéré en cas de réponse négative.

Threads a cependant d’importantes implications en matière de confidentialité. Pour tourner à plein régime, l’application doit recevoir une batterie d’autorisations qui lui donnent un petit air de Big Brother. En plus de demander l’accès à l’appareil photo et au micro, elle doit pouvoir accéder en permanence à la géolocalisation du smartphone et au capteur de mouvements afin de mettre à jour les statuts des utilisateurs, même lorsqu’elle n’est pas ouverte. Facebook promet que Threads ne transmet pas les coordonnées exactes des utilisateurs et ne conserve pas les emplacements. Mais après les multiples scandales de confidentialité qui ont touché Facebook ces dernières années, il n’est pas certain que tous les utilisateurs estiment que le compromis en vaut la peine.