TICAD:  Renforcement de l’éducation et la culture comme outil de résilience

0
224

 

Les villes durables, l’intelligence artificielle et le cinéma africain seront au centre des entretiens qu’aura la cheffe de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) à la septième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), selon un communiqué publié hier  par l’agence onusienne.

La directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, s’est rendu hier à Yokohama, au Japon, pour participer à la TICAD. Lors de cette conférence, Mme Azoulay s’exprimera sur les moyens de renforcer la durabilité et la résilience des villes. A Yokohama, l’UNESCO et la TICAD VII coorganiseront également deux événements : l’un sur l’intelligence artificielle et l’autre sur l’avenir du cinéma africain. L’UNESCO s’emploie à promouvoir le débat sur les dimensions éthiques de l’intelligence artificielle (IA), les applications de cette dernière ayant désormais un impact sur les économies, les technologies et pratiquement toutes les institutions humaines, de la santé à l’éducation en passant par la justice. Le Japon soutient activement les efforts de l’UNESCO en faveur de la mise en place d’un cadre normatif sur l’IA. L’aide apportée par l’UNESCO à l’industrie cinématographique africaine s’inscrit dans l’action de l’agence onusienne en faveur de la promotion des industries culturelles et de la diversité culturelle afin de renforcer la cohésion sociale et de développement humain.