Tomate industrielle: Une production globale de près de 13 millions de quintaux jusqu’en août

0
112

La campagne de récolte et de transformation de la tomate industrielle 2019-2020 bat son plein enregistrant des performances exceptionnelles avec une production globale de près de 13 millions de quintaux (qx) à ce jour, selon les données communiquées jeudi par le ministère de l’Agriculture et du développement rural.»

Les opérations de récolte qui ont débuté au mois de janvier au niveau des wilayas du sud et à la deuxième décade du mois de juin dans les régions nord du pays, ont réalisé à ce jour plus de 12,7 millions de quintaux avec un rendement moyen de 743q/ha, soit un accroissement de 77% comparativement aux quantités réalisées à la même période de l’année précédente où la production avait atteint 7,2 millions de qx», a indiqué le ministère dans un communiqué. De cette quantité globale, plus de 5,3 millions qx de tomate ont été transformée en permettant une production de 471.780 qx en équivalent triple concentré de tomate (TCT) et 239.922 qx de double concentré de tomate (DCT).Le ministère a fait savoir que la superficie consacrée cette année à la culture de la tomate industrielle est estimée à 24.453 ha dont plus de 17.000 ha ont été récoltés. La région du sud (Adrar et Tamanrasset) a finalisé ses récoltes avec une production de 726.385 qx, soit un rendement moyen de 603 qx/ha, tandis que les récoltes se poursuivent au nord du pays (Skikda, Guelma, El Tarf, Annaba, Ain Defla et Chlef).Pour encourager les acteurs de la filière, un nouveau dispositif de facilitation de paiement des primes et de contrôle de traçabilité a été mis en œuvre à partir de cette campagne.»Ce dispositif permettra de faciliter l’opération de paiement des primes liées à la tomate industrielle au profit des agriculteurs et des transformateurs», a assuré le ministère.»Grâce à ce nouveau système numérisé, les primes sont versées désormais directement dans les comptes des agriculteurs et des transformateurs, alors qu’auparavant, ce sont des derniers qui versaient les primes de soutien aux agriculteurs, ce qui engendrait des retards de paiement pour les producteurs», assure la même source. À ce propos, le ministère a rappelé que l’Etat accorde une prime de 4 DA au kilogramme de tomate livré à l’unité de transformation, et cette dernière perçoit 1,50 DA/kg transformé.

L’Algérie se passe de l’importation du double concentré de tomate Selon les données du ministère, la tomate industrielle a connu ces dernières années une évolution considérable en matière de superficie et de production, passant à 24.800 ha avec une production de 16,5 millions qx en 2019, contre 16.958 ha avec une production de 9,2 millions de quintaux en 2013.»La production des concentrés de tomate a augmenté significativement passant de 9.200 tonnes en 2013 à 86.052 tonnes en 2019 pour le triple concentré de tomate (TCT) et de 21.654 tonnes en 2013 à 21.434 tonnes en 2019 pour le double concentré de tomate (DCT).Cette performance a permis de réaliser une autosuffisance de l’Algérie en ce produit de large consommation en se passant progressivement des importations du concentré de tomate. En effet, les quantités importées sont passées de 12.782 tonnes en 2015 à 5.928 tonnes en 2017 pour le double concentré de tomate (DCT).Par ailleurs aucune importation n’a été enregistrée pour ce produit durant les deux dernières années (2018-2019).Concernant le triple concentré de tomate (TCT), l’Algérie n’a importé que 6.225 tonnes en 2019 contre 43.650 tonnes en 2015.Le ministère a mis en avant les efforts consentis par les opérateurs (agriculteurs et transformateurs) dans le développement de cette filière «stratégique» mais également le rôle des pouvoirs publics notamment à travers le soutien et l’encadrement technique de la filière.»Cette performance notable permettra, selon le ministère, de créer une valeur ajoutée à l’économie nationale, de réduire les importations et par conséquent, de réaliser des gains en devise, en plus des perspectives à l’export «.Le ministère rappelle enfin que ces résultats s’inscrivent en droite ligne dans la feuille de route du secteur adoptée récemment par le Conseil des ministres, laquelle vise la promotion de la production nationale et la réduction significative des importations.

Moussa O.