Tout en se prononçant pour une condamnation «sans appel» de ce phénomène: L’Algérie renouvelle sa détermination à persévérer sur la voie d’une lutte «sans concession» contre le terrorisme

0
701
Photo conception L'Echo d'Algérie @

L’Algérie vient, encore une fois, de renouveler, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, sa condamnation «sans appel» du terrorisme, tout en réaffirmant sa détermination à persévérer sur la voie de la lutte «sans concession» contre ce phénomène.

Il faut dire que l’Algérie ne cesse de mobiliser la communauté internationale contre ce phénomène transnational, à travers notamment les rencontres qu’elle organise et auxquelles participent les pays concernés, mais aussi les grandes puissances mondiales.    A ce propos, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avait affirmé que la démocratie est le meilleur rempart contre l’extrémisme violent et le terrorisme en ce qu’elle «permet de révéler aux yeux de la population les dangers que celui-ci véhicule, de l’isoler, de le marginaliser et de le faire rejeter définitivement», précisant que la démocratie, l’Etat de droit, le pluralisme politique et les libertés individuelles et collectives, la tolérance, le dialogue, le respect de l’autre et la coexistence dans la diversité sont «des valeurs qui unissent nos peuples et nos pays et contribuent à asseoir la paix et la stabilité et à réaliser le progrès des sociétés et le bien-être des individus». La destruction de ces mêmes valeurs représente, dira-t-il, «un objectif partagé par les groupes terroristes, toutes obédiences confondues, au profit de l’instauration d’un modèle de gouvernance théocratique réprimant les libertés individuelles et collectives et fondé sur la logique de l’exclusif et de l’exclusion». L’expérience algérienne dans ce domaine, faut-il le reconnaitre, a été maintes fois saluée par de nombreux pays, notamment ceux qui connaissent des crises, et qui ont émis le souhait de s’en imprégner pour renouer avec la paix et la stabilité.

Sur cette même lancée, l’Algérie a réussi à instaurer l’Etat de droit, à consacrer l’indépendance de la justice et à mettre en œuvre les réformes prévues par la nouvelle Constitution qui a consacré de profonds changements pour immuniser le pays et assurer sa sécurité au double plan interne et externe, et cela, le président de la République l’avait maintes fois souligné, tout en appelant le peuple algérien à faire preuve de vigilance pour préserver les acquis du pays et garantir leur pérennité. Aujourd’hui, dira le chef de l’Etat, «nous sommes appelés à faire preuve de vigilance pour profiter des résultats des réformes, pré- server nos acquis et garantir leur pérennité de façon à permettre au citoyen de vivre librement dans le cadre de la démocratie».

Récemment, dans un rapport du département d’Etat, les Etats-Unis ont considéré l’Algérie comme un «véritable rempart» contre le terrorisme, soulignant que notre pays a continué de mener une «campagne agressive» de lutte contre les groupes terroristes ainsi que le crime organisé sur son territoire et à ses frontières et que les efforts consentis et les actions menées dans ce cadre font régulièrement l’objet d’une communication publique de la part du ministère de la Défense nationale, tenant de cette manière la population informée. Le département d’Etat constate aussi l’absence de kidnappings contre rançons durant l’année 2016 ainsi que l’attachement de l’Etat algérien à la politique de non concessions aux preneurs d’otages, tout autant que la mise en conformité de la législation nationale avec les normes internationales instituées par les résolutions 2178 et 2199 du Conseil de sécurité sur les combattants terroristes étrangers et sur les sanctions contre Daech.

Concernant ce mouvement terroriste, le département d’Etat relève que l’Algérie a tenu à s’associer à la lutte contre cette organisation criminelle. Il souligne aussi la «haute priorité» accordée à la sécurité des frontières, notamment les zones frontalières et les installations pétrolières et les nombreuses mesures prises par l’Etat à cette fin, au titre desquelles celles appliquées pour renforcer le contrôle des points d’entrée et de sortie du territoire, la détection de faux documents et la densification de la coopération avec Interpol par l’utilisation des nombreuses ressources disponibles au niveau de cette organisation policière. Le rapport note aussi la participation de l’Algérie à des programmes américains de lutte contre le terrorisme, l’organisation à Alger de rencontres du GCTF, ainsi que de conférences internationales sur des sujets précis liés à la lutte antiterroriste, à l’initiative de l’Algérie.

En matière de lutte contre le financement du terrorisme, le département d’Etat signale la reconnaissance par les instances internationales concernées, principalement le GAFI (Groupe d’action financière), de la «totale conformité» des lois et règlements algériens avec les dernières normes internationales en vigueur et leurs mises en œuvre effective par le ministère algérien des Finances. Les efforts soutenus menés par l’Algérie en matière de protection et de promotion du référent religieux national, de prévention de la radicalisation et de déradicalisation ainsi que les politiques socio-économiques engagées au profit de la jeunesse algérienne et visant à lui offrir des opportunités de formation, d’emploi et d’intégration à la société ont retenu l’attention du partenaire américain.