Transition énergétique: Chitour évoque les opportunités de coopération avec l’ambassadeur de Suisse en Algérie

0
133

Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Professeur Chems Eddine Chitour, a reçu, jeudi à Alger, l’ambassadeur de Suisse en Algérie, Lukas Rosenkranz, avec lequel il a évoqué les opportunités de coopération et de partenariat dans les domaines des énergies renouvelables et de la transition énergétique, a indiqué un communiqué du ministère.

Lors de cette rencontre, qui s’est déroulée au siège du ministère, les deux parties ont passé en revue les relations bilatérales algéro-suisses et discuté des opportunités de coopération et de partenariat dans les domaines des énergies renouvelables et de la transition énergétique, a précisé la même source. A cet effet, M. Chitour a présenté les grandes lignes de la stratégie de la transition énergétique et du développement des énergies renouvelables, en réitérant «l’objectif de l’Algérie de s’affranchir de manière graduelle de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures», et ce, à travers la mise en place d’un modèle énergétique à l’horizon 2030, axé notamment sur l’efficacité énergétique, les économies d’énergie et le déploiement des énergies renouvelables et de l’autoconsommation. Dans ce contexte, ajoute-le communiqué, le ministre a exprimé son souhait d’asseoir une coopération bilatérale avec la Suisse dans le domaine où elle est pionnière, à savoir la production d’électricité à partir de source hydraulique. Chitour a exprimé, également, le souhait d’établir des partenariats qui donneront une «forte impulsion» à la coopération entre les deux pays, notamment dans les domaines de la géothermie, le solaire, la sylviculture et le nucléaire, surtout que l’Algérie dispose d’importantes réserves. Le ministre s’est dit, aussi, persuadé que l’un des domaines à investir est celui de la formation à travers l’appui à la formation post-graduée et la recherche dans l’Institut de la transition énergétique et des énergies renouvelables (ITEER), et ce, à travers le partage mutuel de savoir-faire, d’expertise et de renforcement des capacités. Pour sa part, M. Rosenkranz s’est dit «convaincu» que la coopération algéro-suisse va se développer davantage et gagner en force dans les domaines de l’énergie durable, compte tenu du potentiel extraordinaire dont dispose l’Algérie dans ce secteur. Tout en exprimant l’intérêt de son pays de consolider ce partenariat, l’ambassadeur a fait part de la disponibilité de son pays à établir des accords de coopération pour l’accueil de délégations algériennes afin de tracer des axes de coopération en matière de développement de l’énergie solaire, de la géothermie des surfaces dont la Suisse est l’un des leaders mondiaux, ainsi que dans la valorisation énergétique des déchets. M. Rosenkranz a indiqué également que «l’Algérie pourrait être éligible aux fonds disponibles et dédiés au développement des activités liées à l’énergie propre», cofinancé par le gouvernement suisse destinés aux pays émergents dans ces domaines d’activité. Après avoir précisé les contours de cette première rencontre, les deux parties ont convenu de mettre en place des points focaux dans les meilleurs délais et d’identifier de façon concertée des axes de coopération dans les domaines des énergies renouvelables et du développement durable.

Toumi S. / Ag.