Troisième édition du concours « défi de la lecture arabe » / Benghabrit  appelle au développement des capacités rédactionnelles des élèves

0
566

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit a mis en exergue, samedi à Alger, l’impérativité de développer la lecture chez les élèves afin de propulser la maitrise des matières de base,  notamment la langue arabe.

Lors de son allocution à l’occasion d’une cérémonie à l’honneur des dix  premiers élèves participant à la troisième édition du concours « défi de la lecture arabe », la ministre a indiqué que l’idée « défi de la lecture arabe » s’inscrit dans la même optique du secteur de l’Education « qui s’appuie sur la refonte pédagogique à travers la consolidation de la  maitrise de l’apprentissage de base, notamment la langue arabe, langue  d’enseignement en Algérie, outre la langue amazighe consacrée par la Constitution langue nationale officielle ».  Une série de mesures a été prise à cet effet pour l’augmentation du rendement des élèves à travers l’élaboration de guides méthodiques dans la didactique des langues, les modalités de correction des fautes  enregistrées, l’enrichissement et le renouvellement des bibliothèques scolaires ainsi que la promotion des différentes activités susceptibles de renforcer l’apprentissage chez les élèves, a-t-elle précisé. Notant que le ministère a pris d’autres mesures pour encourager les élèves à lire des ouvrages du patrimoine littéraire national, toutes langues confondues afin de leur permettre de développer et d’améliorer leurs capacités rédactionnelles et imaginaires, a affirmé Mme Benghabrit, soulignant que des textes littéraires algériens en  arabe, amazighe et français ont été mis à la disposition des élèves afin d’atteindre ces objectifs. Dans ce cadre, la cérémonie a vu l’organisation d’ateliers d’écriture et de lecture en faveur des élèves ayant un bon niveau de lecture. Depuis sa première édition, le projet a vu la participation de plus de 10 millions d’étudiants du monde arabe, a rappelé  la secrétaire générale du « Défi de la lecture arabe », Najla Seif Al-Shamassi. Qualifiant la participation de l’Algérie « d’exceptionnelle » et   « d’honorable » durant la 1ère et la 2ème éditions, Mme Al-Shamassi a émit le vœu de voir ledit projet couronné de succès avec le concours de tous les  enfants du monde arabe. Lancé depuis trois ans dans les écoles d’Algérie et du monde arabe, le  projet du défi de la lecture arabe devrait se poursuivre, a-t-elle insisté, arguant que tous les efforts seront déployés pour faire aboutir ce projet et atteindre l’objectif tracé, à savoir atteindre 50% des élèves dans le monde arabe et un maximum des enfants de la communauté arabe établie à  l’étranger ». L’élève Nada Ankal du lycée Belmadani de Sétif représentera l’Algérie à la  3ème édition de ce projet. La saison 2018 du défi de la lecture arabe, lancé en 2015 à l’initiative  de Cheikh Mohamed Ben Rached Al-Maktoum et ouvert aux candidats de tous les pays arabes, verra la participation 14 pays arabes. Les candidats à ce concours doivent lire 50 livres en 5 étapes, l’élève  devant lire à chaque étape 10 livres et en résumer le contenu sur le  passeport qui lui sera remis avant son admissions aux qualifications et partant à la finale prévu en mai à Dubaï.

Malia.Sahli