Tunisie: L’état d’urgence prolongé d’un mois

0
635

En Tunisie, l’état d’urgence est en vigueur depuis un an et demi a été prolongé d’un mois. Depuis l’opération suicide contre la garde présidentielle dans la capitale en 2015, il ne se passe pas un jour, ou presque, sans l’annonce du dementellement d’une cellule ou d’arrestation de personnes en rapport avec le terrorisme. Les chiffres sont parlants, rien que pour les dix premiers mois de l’année 2016,  près de 1 900 affaires juridiques ont été recensées en rapport avec des activités terroristes. 805 suspects étaient recherchés et 435 nouveaux jeunes islamistes ont quitté la Tunisie vers les zones de conflits en Irak, en Syrie et en Libye. La Tunisie est d’ailleurs le premier pays source de candidats au jihad. Le chiffre serait entre 6 000 et 11 000 personnes, selon les estimations. Les autorités tunisiennes ne prennent pas en compte les bi-nationaux.

Les forces de sécurité tunisiennes mènent des opérations quasi continues contre des extrémistes dans les montagnes à la frontière de l’Algérie mais aussi à la frontière de la Libye, une zone particulièrement défavorisée et où le chômage a atteint un taux de plus de 31 %. La situation sociale et économique du pays influe sur la situation sécuritaire. La Tunisie est également exposée au phénomène de retour des jihadistes des zones des conflits.